Les sanctions contre Cuba et le sommet de l'OTAN

r_2100x1400_radio_praha.png

Le sommet de l'OTAN devrait avoir lieu, à Prague, les 21 et 22 novembre. La date de cette manifestation importante n'est pas, cependant, sûre car la préparation du sommet souffre d'un différend diplomatique entre Prague et Washington. Vaclav Richter.

Les relations entre les Etats-Unis et la République tchèque, qui étaient excellentes sous l'administration Clinton grâce, entre autres, à l'ancien secrétaire d'Etat, Mme Madeleine Albright, ne sont plus ce qu'elles étaient. Washington n'est pas d'accord avec le projet tchèque de résolution sur les droits de l'homme à Cuba, résolution qui comprend la critique des sanctions économiques contre Cuba. Les hésitations américaines, sur la date définitive du sommet de l'OTAN, seraient dues justement à ce différend car, pour les Etats-Unis, l'embargo économique contre Cuba est un sujet tabou. Malgré cet inconvénient, le chef de la diplomatie tchèque, Jan Kavan, n'entend pas céder, pour le moment, à la pression américaine. Son attitude serait appuyée discrètement par certains pays de l'Union européenne, qui ne respectent pas, depuis quelques temps, l'embargo contre Cuba. Par contre, le Président Vaclav Havel ne cache pas sa désapprobation de cette attitude et regrette que la diplomatie tchèque n'ait pas consultée le projet de résolution avec ses alliés. "J'ai fait certaines choses, afin que le sommet soit organisé à Prague, dit le Président. Prochainement, on en fixera la date, et on nous surveillera pour voir si nous sommes des partenaires solides et dignes de confiance." L'ambassade des Etats-Unis à Prague refuse de commenter ce problème délicat. Entre-temps, on a confié à l'ambassadeur tchèque aux Etats-Unis, Alexandr Vondra, le poste de délégué gouvernemental pour la préparation du sommet de l'OTAN. "Je suis optimiste, le sommet aura lieu à Prague," dit le nouveau délégué et avoue, ainsi, indirectement l'existence des rumeurs, selon lesquelles, les Américains pourraient aller jusqu'à annuler le sommet de Prague en signe de protestation contre l'intransigeance de la diplomatie tchèque. Les négociations sur le texte de la résolution se poursuivent, ces jours-ci, à Genève. Arrivera-t-on à trouver un compromis? Nous vous tiendrons au courant de l'évolution de cette affaire.