Les sentiers cachés des environs d’Ústí nad Labem

Elbe, photo: che, CC BY-SA 2.5 Generic

Malgré son caractère très industriel, le nord de la Bohême offre d’infinies possibilités de promenades, à pied ou à vélo. Les alentours de la ville d’Ústí nad Labem sont un endroit idéal pour exercer différentes activités sportives, mais aussi pour découvrir des édifices culturels étroitement liés à l’histoire du pays. Partons donc à la découverte de cette région d’Ústí nad Labem, qui peut se prévaloir également de posséder le troisième plus grand lac du pays, le lac Milada, ouvert au public depuis un an seulement.

Le nord de la Bohême et ses curiosités méconnues

Elbe, photo: che, CC BY-SA 2.5 Generic
Cyclistes passionnés, les Tchèques peuvent rouler sur un nombre considérable de pistes souvent très bien entretenues. Et c’est précisément à vélo que nous allons parcourir les environs d’Ústí nad Labem, à commencer par la ville elle-même. L’église Saint-Florian, tout d’abord, a été édifiée à l’emplacement de l’ancienne chapelle Sainte-Marie lors de la construction, à la fin du XVIe siècle, du château de style renaissance Krásné Březno, situé dans un des quartiers d’Ústí. Avec le temps, l’église a été dédiée à Saint-Florian, le patron des sapeurs-pompiers, et rénovée dans un style de renaissance saxonne. La guide de l’église, Karolína Mádlová, poursuit la description :

« La chose la plus intéressante sur l’autel de l’église est que l’on voit au milieu l’arbre de Jessé, dont les différentes branches, selon la légende, représentent en relief les prédécesseurs de Jésus-Christ. »

Les pistes cyclables de la région d’Ústí nad Labem copient le cours de l’Elbe, le fleuve que quatre « přívoz », barques en français, permettent de traverser, faisant ainsi économiser quelques forces aux cyclotouristes. Le château de Krásné Březno étant fermé au grand public, nous arrivons à un autre château, de Velké Březno, qui est un des plus petits et récents châteaux en République tchèque. Velké Březno a été construit en 1845 par le comte Karel Chotek, le burgrave suprême du Royaume de Bohême, sous le règne de Ferdinand Ier d’Autriche. Le château de Velké Březno est resté une résidence familiale jusqu’en 1945: quatre générations de Chotek y ont vécu pendant un siècle. Guide au musée de Velké Březno, Miloš Musil précise quelle empreinte Karel Chotek a laissée sur les lieux:

Château de Velké Březno, photo: Martina Schneibergová
« C’est derrière ce bureau qu’il il méditait sur sa vie, durant laquelle il a œuvré de façon très appliquée pour le Royaume de Bohême et la moitié de l’Europe. Politiquement, Karel Chotek se trouvait au niveau de l’actuel Premier ministre. Il est resté dans ses fonctions pendant seize ans, une période d’épanouissement pour le pays. Aujourd’hui, où que l’on pose le regard en Bohême ou en Moravie, le comte Chotek se cache derrière, dans les domaines de l’industrie ou des transports, par exemple. Même les cartes de vœux que l’on envoie pour la nouvelle année, les fameuses PF, sont une invention du comte Chotek. »

Le château de Velké Březno, héritage du comte Karel Chotek

Au château de Velké Březno, on remarque également les traces qu’ont laissées les passages de Ferenc Liszt, un virtuose austro-hongrois du piano qui était l’ami de Karel Chotek, ou de la petite-fille de ce dernier, Sophie Chotek, épouse de l’archiduc François-Ferdinand d’Este, aux côtés duquel elle a été assassinée le 28 juin 1914 lors de l’attentat de Sarajevo qui déclencha la Première Guerre mondiale.

Autre arrêt obligatoire de notre excursion : la brasserie historique de la commune, qui a appartenu à la famille Chotek jusqu’au début du XXe siècle. Son guide, Milan Zajpt, qui a travaillé dans la brasserie pendant près de vingt-deux ans, nous accompagne pour sa visite :

Karel Chotek, photo: Martina Schneibergová
« Je dis aux visiteurs que nous avons aidé à faire gagner la guerre, car en 1941 nous avons produit de la bière qui était envoyée aux soldats qui étaient sur le front dans le Sahara. Ils exigeaient de la bière de qualité et avaient évidemment très soif. Nous pouvons donc dire que nous avons nous aussi notre part de mérite dans la défaite de l’armée de Rommel. »

De retour sur la longue piste appelée « Labská stezka », qui traverse plusieurs dizaines de communes, les cyclistes sont toujours aussi nombreux pendant l’été à se rendre au lac Milada, situé à côté du village de Trmice, à une dizaine de kilomètres au nord d’Ústí nad Labem. A la sortie de la ville, nous passons à côté de l’église Sainte-Barbora et poursuivons notre route vers Trmice, entre l’Elbe et la rivière Bílina. Notre accompagnateur Jaromír Veselý souligne le caractère exceptionnel du paysage :

« Nous nous trouvons ici sur l’un des plus beaux morceaux de l’Elbe. On peut s’y promener en famille, car les pistes sont plates. On peut aussi pratiquer n’importe quel sport nautique, comme le canoë ou le kayak. Récemment, nous avons été les témoins du remplissage du lac Milada, à l’endroit de l’ancienne mine de Chabařovice. Il s’agit de l’une des eaux les plus propres en République tchèque. »

Le comte Nostitz à Trmice et Přemysl Oráč de Stadice - deux communes témoignent

Château de Trmice, photo: ČT
Nous arrivons devant l’église de la Nativité-de-la-Vierge-Marie, un joyau baroque du XVIIe siècle situé sur la place principale de Trmice. Quelques centaines de mètres plus loin se trouve le château de Trmice, construit dans un style gothique néo-Tudor entre 1856 et 1863 par le comte Nostitz. En raison de son état délabré, le château, qui abritait des musées dépositaires, a dû être fermé au public en 1964. Le bâtiment, qui a été rénové en 1994, sert actuellement de centre culturel ouvert à tous et abrite notamment une salle de concert, la bibliothèque municipale, ainsi que différentes expositions, dont une sur l’histoire industrielle de la région. Maire de Trmice, Jana Olbrechtová dévoile quelques bribes de l’histoire du lieu :

« Le comte Alfred Nostitz est la personne qui a séjourné le plus longtemps ici. Il y a fondé une brasserie et une sucrerie. Les mines souterraines, apparues à Trmice, étaient sa principale préoccupation. Plus tard, elles ont été remplacées par une exploitation minière de surface. En souvenir de cette longue activité minière dans les environs de Trmice, un musée a été créé. »

Le château de Trmice abrite aussi une des plus grandes expositions permanentes de modèles de chemin de fer en République tchèque. Grâce aux soins de l’intendant du château, Jan Souček, les modèles d’un millier de trains s’étendent sur seize voies longues de plus de 400 mètres, fruit d’un travail long de vingt-cinq ans. A côté, les jardins du château possèdent différents types d’arbres, comme des Ginkgo biloba ou des tulipiers de Virginie, arbre officiel de l’Etat de l’Indiana.

Memorial de Přemysl le laboureur, photo: Ondřej žváček, CC BY 2.5
A une dizaine de kilomètres de là, se trouve la commune de Stadice. Concernant la légende qui entoure le personnage de Přemysl le laboureur, « Přemysl Oráč » en tchèque, le maire Josef Macháček explique :

« Apparemment, la dynastie des Přemyslides, qui est la seule dynastie purement tchèque à avoir régné sur le trône, est originaire de cet endroit. Selon la légende, Přemysl Oráč, le fondateur de la famille, devait labourer ce champ. C’était un géomètre aussi. Je ne sais pas comment Libuše l’a trouvé, mais il a attiré son attention et lui a plu. Et lors d’un conflit, où une des parties intéressées ne voulait pas que ce soit une femme qui juge, Libuše a fait envoyer Přemysl pour que ce soit lui qui règne. »

Lac Milada, le lac articifiel le plus propre du pays

Nous passons à côté de l’étang Malhostický rybník, une réserve naturelle qui compte près de 130 espèces d’oiseaux, dont six sont menacées. Mais notre destination finale est le lac Milada, qui s’étend sur une surface dix fois plus grande, soit un peu plus de 250 hectares. Il s’agit en fait de l’ancienne fosse minière de Chabařovice qui a été assainie, remplie et ouverte au grand public en mai 2015. Troisième plus grand lac tchèque, le lac Milada fait partie des lacs les plus propres du pays. Petr Lenc, qui a participé au projet Milada, précise :

« Autrefois, il y avait ici même une mine de lignite. Aucune personne qui visiterait aujourd’hui les alentours sans connaître le passé de la région par le passé, il y a seulement vingt-cinq ans de cela, ne serait capable de dire qu’une mine se trouvait ici. Je crois que c’est un projet essentiel pour l’avenir de notre région. A travers ce projet, nous avons appris comment faire d’un paysage lunaire un endroit où l’homme peut revenir et y vivre. »

Lac Milada, Photo: OSR-PIP, GFDL
Malgré des espaces verts à perte de vue, l’exploitation minière était omniprésente dans les environs du lac Milada il y a encore trente ans de cela, et l’aspect actuel du lieu diffère considérablement de celui d’antan. Le musée de Chabařovice retrace les destins des dizaines de personnes qui ont été déplacées en raison de l’activité minière, et rappelle cette époque durant laquelle des communes entières ont été rasées pour laisser la place aux machines.

A proximité du lac Milada se trouve un monument érigé en souvenir de la victoire des hussites sur les catholiques lors de la bataille d’Ústí nad Labem, il y a 590 ans de cela. Le maire de Chabařovice, Josef Kusebauch, nous rappelle cette page d’histoire :

« La bataille d’Ústí nad Labem, appelé en tchèque aussi « bitva na Běhání » s’est déroulée à l’endroit où se trouve le lac Milada. En fait, l’exploitation des mines a entraîné le déplacement du monument. Ce qui est intéressant, c’est que l’on y trouve des pierres qui proviennent de différents endroits de toute la République tchèque et qui ont été déposées ici par différents représentants du mouvement Sokol. On voit bien que chaque pierre provient d’un autre endroit géologique. Les alentours du lac Milada proposent de nombreux endroits où l’on peut profiter de son temps libre. On peut pêcher, même faire un peu de moto, et il y a toujours divers évènements qui sont organisés tout autour du lac. On veut que les gens puissent faire du sport et prendre tout simplement du plaisir. »

Photo: Ústecký kraj
La piste « Labská stezka », ou le Sentier de l’Elbe en français, fait partie du réseau des pistes cyclables EuroVelo. Longue de 350 kilomètres sur le territoire tchèque, la piste de l’Elbe, qui traverse toute l’Allemagne, mesure au total 1 165 kilomètres. Précisons qu’en République tchèque, le point de départ de la piste se situe dans la commune de Hřensko, à la frontière tchéco-allemande, et son arrivée à Vrchlabí, à l’entrée des monts Krkonoše.

10
50.661026600000
14.032996800000
default
50.661026600000
14.032996800000