Les Tchèques en 2001 : la vie en rose !

r_2100x1400_radio_praha.png

De bonnes nouvelles, il n'y en a jamais assez, surtout au seuil d'une nouvelle année et même du nouveau millénaire. En voici une : près de la moitié des Tchèques sont persuadés que l'année 2001 sera meilleure et plus heureuse que les précédentes. Magdalena Segertova est tout à fait d'accord...

On le savait bien, que l'arrivée de la démocratie en 1989 ne nous apporterait pas que du bonheur et des succès, on savait que toute la société allait être confrontée aux problèmes inconnus jusqu'à présent. "La vérité et l'amour doivent l'emporter sur le mensonge et la haine", tel était le credo de Vaclav Havel, symbole de la Révolution de velours. En 1997, ce même Vaclav Havel, désillusionné cette fois-ci, parle dans son discours devant les députés et sénateurs d'une très mauvaise ambiance dans la société. Les Tchèques lui paraissent tristes, désespérés, en colère, dégoûtés par la politique, l'économie et la vie en général.

Depuis, beaucoup de choses ont changé et nous n'avons peut-être même pas le temps de réfléchir, si elles changent en mieux ou en pire. Les sociologues de l'agence Sofres-Factum le font, chaque fin d'année, à notre place. Cette fois-ci, les résultats de leur sondage, effectué auprès de la population tchèque, les ont agréablement surpris : 45% des Tchèques voient la vie en 2001 en belles couleurs, comparé à 22 % des Tchèques optimistes en 1998. D'où vient cette bonne humeur ? La situation économique et le niveau de vie s'améliorent, le taux de chômage baisse, expliquent les spécialistes. Mais attention, alors que la majorité écrasante des Tchèques, huit sur dix, sont optimistes quant à leur vie familiale, seulement un tiers de la population croit en progrès de toute la société. Une bonne nouvelle quand même : c'est justement dans le domaine de la vie publique, où les Tchèques ont beaucoup plus d'espoir qu'auparavant. Vu les résultats des élections régionales, pas tout à fait favorables pour le parti politique au pouvoir, les gens auraient, d'après les sociologues, l'impression que la scène politique tchèque sclérosée soit en train de revivre. Le prochain sondage de Noël nous montrera si c'était un beau rêve ou la réalité.

Auteur: Magdalena Segertová
lancer la lecture