Les Tchèques ne sont pas nombreux à travailler à l'étranger

r_2100x1400_radio_praha.png

Bien que l'Union européenne soit préoccupée par une éventuelle vague de travailleurs qui arriverait dans les pays membres, après l'entrée des pays candidats, les Tchèques ne semblent pas enclins à travailler à l'étranger.

En vérité, il y a plus de travailleurs des pays européens en Tchéquie que de Tchèques dans ces mêmes pays. Cela découle d'une étude élaborée pour la Commission européenne, dans le cadre de l'examen des conséquences de l'élargissement de l'Union. Depuis la naissance de la République tchèque, le 1er janvier 1993, il y a 844 Tchèques de moins travaillant en Allemagne, par exemple, que d'Allemands employés en République tchèque. La situation est semblable en ce qui concerne la Grande-Bretagne. Parmi les pays candidats à l'entrée à l'Union européenne, seule la Slovénie est dans la même situation. En revanche, en Pologne et en Hongrie, deux autres pays candidats, c'est le contraire. Le ministère des Affaires étrangères tchèque et le ministère du Travail et des Affaires sociales sont du même avis : le risque d'un envahissement du marché du travail de l'Europe de l'Ouest par les Tchèques n'existe pas.