L'Etat veut acheter 1 500 véhicules pour ses ministères

Photo: Google Maps

L'Etat prépare un appel d'offres pour cette année pour l'achat groupé d'au moins 1 500 véhicules destinés à douze ministères et organisations affiliées. C'est la toute première fois qu'une telle commande groupée sera faite. Si l'Etat n'a pas rendu public le prix, les estimations font grimper cette commande à plus d'un demi-milliard de couronnes.

Photo: Google Maps
« Douze ministères en tout, et leurs organisations affiliées, ont exprimé leur intérêt pour cette commande groupée. On estime la quantité de véhicules commandés entre 1 100 et 1 500 unités, pour une livraison étalée sur deux ans, » a fait savoir le porte-parole du ministère des Finances Michal Žurovec. La commande devrait être lancée d'ici la fin de cette année.

Le ministère a choisi de ne pas rendre public la valeur estimée de la commande, espérant que les entreprises participant à l'appel d'offres proposeront un prix plus bas. Mais cette commande pourrait dépasser le demi-milliard de couronnes.

Les différents ministères ont décidé des standards techniques que devraient respecter ces véhicules : ils veulent pouvoir choisir entre des véhicules essence ou diesel, dans cinq catégories où les véhicules proposés se distinguent par leur taille, la puissance du moteur et l'équipement.

Ces véhicules seront destinés notamment aux bras-droits des ministres, à des directeurs généraux d'entreprises publiques. Plusieurs véhicules tous terrains iront pour leur part à la direction des parcs nationaux.

Paradoxe de cette commande : l'Etat prescrit dans sa Feuille de route nationale de la mobilité propre l'utilisation de davantage de véhicules « propres », à propulsion alternative. Mais il ne prévoit de vaire l'acquisition de véhicules utilisant des carburants alternatifs aux énergies fossiles que dans deux ans.

« Nous préparons parallèlement la liste des standards techniques nécessaires aux véhicules à propulsion alternative, comme les voitures électriques par exemple, » explique le porte-parole du ministère des Finances. Le ministère prévoit qu'une commande de véhicules « propres » pourrait être préparée en 2017.

Pourtant, le gouvernement tchèque s'était engagé à refondre son parc automobile d'ici 2020 de telle façon à ce qu'il comprenne au moins un quart de véhicules « propres ».