L'Evangile selon Judas traduit en langue tchèque

r_2100x1400_radio_praha.png

En avril dernier a été présenté au monde l'Evangile selon Judas, un vieux manuscrit datant de la fin du IIe siècle après Jésus-Christ et redécouvert en 1970 en Egypte. Manuscrit qu'on croyait perdu et dont on ne connaissait l'existence que par des références dans des textes épars. Ces jours-ci paraît sa traduction en langue tchèque.

La découverte du manuscrit a fait sensation dans les milieux scientifiques et culturels. Après la société National Geographic qui l'a présenté en traduction anglaise pendant les fêtes de Pâques à Washington, c'est, quatre mois plus tard, Prague qui vient avec la traduction en tchèque de l'Evangile selon Judas. Nous avons invité au micro Marek Dospel, l'unique traducteur actif de la langue copte et auteur de la traduction de l'Evangile, pour qu'il nous le présente :

« Il s'agit d'un texte religieux qui date de la fin du IIe siècle après Jésus-Christ. L'énigme de sa découverte, dans un tombeau aux alentours d'El Minya, sur la rive droite du Nil, en Egypte, n'a jamais été entièrement résolue. A l'origine, il était rédigé en grec, mais le texte qui s'est conservé est une traduction en langue copte, soit la dernière phase de l'égyptien ancien. Hormis l'Evangile de Judas, le manuscrit contient encore trois autres textes. Sorti des sables égyptiens en 1970, il a connu quelques pérégrinations : il a été volé, perdu et déplacé d'un pays à l'autre. En 2000, une marchande d'antiquités suisse l'achète et le transmet à la fondation Maecenas de Bâle qui, en collaboration avec la société National Geographic, son patron, le font étudier, restaurer, traduire et publier. La traduction tchèque, qui sort quatre mois plus tard, fait donc partie des premières... »

La découverte de l'Evangile selon Judas peut-elle changer quelque chose au visage du christianisme et surtout à celui de l'apôtre Judas l'Iscariote censé avoir trahi Jésus? Est-ce Judas, l'auteur même de l'Evangile? Des questions auxquelles Marek Dospel essaie de répondre:

« J'avoue ne pas avoir suivi en détail les réactions du Vatican et d'autres Eglises chrétiennes. A mon sens, il serait faux et inutile de mener des polémiques sur ce texte, car il n'a rien à voir avec le canon actuel accepté par l'Eglise. L'Evangile selon Judas a vu le jour 150 ans plus tard que tous les textes canoniques - les quatre évangiles - qui font partie du Nouveau testament. De même que dans le cas de l'Evangile selon saint Luc, dont il est difficile d'affirmer aujourd'hui que saint Luc était son auteur, il en va de même pour Judas. Ce qui est sûr c'est que son auteur était un chrétien, mais à la fois un gnostique. La Gnose, qui considérait que le monde physique était un monde impur, était qualifiée d'hérésie et a disparu en tant que mouvement au IVe siècle... »

Lorsque le manuscrit a été retiré des sables égyptiens où il reposait depuis 1700 ans, les pages étaient mélangées et certains fragments étaient en train de se désagréger. Le tout était emballé dans du papier journal et rangé dans des boîtes à chaussures. Comme Marek Dospel le confirme, le degré de détérioration est énorme, il n'y a pas que des lignes qui manquent mais des demi-pages entières, et il y a des fragments dont on ne sait pas encore quelle place ils occupaient dans le texte originel. La traduction paraît en 600 exemplaires et est disponible sur Internet.