L'exposition des portraits et l'arbre généalogique de la dynastie des Premyslides

r_2100x1400_radio_praha.png

L'histoire de la dynastie des princes, puis des rois des Premyslides revit dans une exposition inaugurée ce mercredi, à la galerie du palais Lebourg à Prague. Elle a été conçue à l'occasion du 700e anniversaire du décès du dernier roi des Premyslides, Venceslas III.

L'assassination de Venceslas III à Olomouc
Venceslas fut assassiné le 4 août 1306, à Olomouc, par des tueurs à gages anonymes, lors d'un voyage en Pologne ayant pour but de défendre la couronne polonaise. Avec sa mort s'est éteinte la lignée masculine de cette dynastie qui a régné sur la Bohême pendant plus de 400 ans. Or, comme le montre cette exposition, sur l'arbre généalogique établi par Jan Drocar, la famille des Premyslides a continué dans la lignée féminine, par la soeur de Venceslas, la reine Eliska Premyslovna - Elisabeth des Premyslides. Et si on pensait tout savoir sur cette dynastie archi-connue, cette exposition nous réserve plusieurs surprises, dont celle par ex. que des dizaines de familles aristocratiques de toute l'Europe sont apparentées aux Premyslides et que, par exemple, le roi de France Louis XIV était apparenté à cette famille dans la 33e génération...

Les portraits exposés à la galerie Ledebourg sont des portraits fictifs des princes de la dynastie des Premyslides.

Libuse et Premysl Orac, photo: Martina Schneibergova
Un ensemble original de portraits créé pour le Château de Prague sur l'initiative des rois de la famille des Jagellon a été détruit par un incendie en 1541. Heureusement, Jan Zajic de Hazenburg avait fait faire des copies. Au départ, il s'agissait de 47 portraits qui ont été exposés au château de Jindrichuv Hradec. Au début du XVIe siècle, la noblesse tchèque patriotique qui aimait se référer à ses racines, a fait faire d'autres copies en sorte que les portraits des Premyslides se sont répandus dans presque tous les châteaux de Bohême. Cet intérêt était compréhensible, car la dynastie des Premyslides était l'une des plus puissantes d'Europe, dit Marie Mzykova, auteur de l'exposition :

« C'était la dynastie fondatrice de l'Etat tchèque. Les Premyslides ont fondé des villes, des églises, peuplé les régions limitrophes. Leur politique était une politique clairvoyante - ils élargissaient leur territoire non seulement par une politique d'expansion, mais aussi par une politique de mariage habile. Sous Premysl Otakar II, surnommé roi d'or et de fer, leur pouvoir s'étendait loin au sud, jusqu'à l'Adriatique, donc d'une mer - la Baltique, jusqu'à l'autre. C'était un puissant Etat au centre de l'Europe qui a atteint son apogée au XIIIe siècle. »

Český znak z doby Přemyslovců
Deux grands portraits de princes mythiques dominent la salle d'exposition : celui de la légendaire princesse Libuse qui a prédit la gloire de Prague et de son époux, Premysl Orac - le Laboureur appelé sur le trône princier au moment où il labourait ses champs. Le visiteur s'aperçoit qu'ils ne portent pas une couronne mais un turban. Cet attribut distingue justement les princes mythiques de l'ère païenne des princes déjà couronnés. Rappelons pour mémoire que Borivoj fut le premier prince historique qui a reçu le baptême en Grande-Moravie et qui a établi, après 880, sur un promontoire rocheux au-dessus de la Vltava sa résidence, le futur Château de Prague.

L'exposition présente les blasons des Premyslides dans lesquels le lion est le plus souvent représenté. Elle montre aussi l'arbre généalogique de la dynastie établie par le généalogiste Jan Drocar qui a mis plus de deux ans pour dépister tous les descendants. Au commencement, il y a Libuse et Premysl le Laboureur déjà mentionné, et au bas de cet arbre nous lisons deux noms connus : Charles Ier de Habsbourg - Lorraine, dernier roi de Bohême de 1916 - 1918, décédé en 1922 et son épouse Zita de Bourbon, décédée en 1989...

Borivoj
Entre eux, il y a des centaines de noms de souverains connus qui nous conduisent loin au-delà des frontières de Bohême : en Allemagne, en Autriche-Hongrie, en Espagne, en France. On écoute Jan Drocar :

« L'arbre généalogique représente tous les membres de la dynastie des Premyslides. Ses différentes branches conduisent à travers l'Europe et nous amènent jusqu'aux familles aristocratiques qui sont en vie et qui se sont donné rendez-vous, en juillet à Prague, à l'occasion du 700e anniversaire du décès du dernier roi des Premyslides Venceslas III - les Sternberg, les Schwarzenberg, les Belcredi, les Rohan, les Czernin, les Liechtenstein, les Podzatski... Quant à l'Europe, il y en a beaucoup, comme on le voit, ces liens sont nombreux, pratiquement toutes les dynasties régnantes d'Europe étaient affiliées à cette famille moyenâgeuse des Premyslides et vice-versa. Ainsi, le roi de Bohême Charles IV est le descendant de Charlemagne dans la 20e génération, ou bien Louis XIV de Bourbon, roi de France, est affilé aux Premyslides dans la 33e génération. Tous les chemins conduisent vers Borivoj, premier prince historique des Premyslides. »

Venceslas III par lequel la dynastie s'est éteinte dans la lignée masculine, il y a de cela 700 ans, se trouve au milieu de cet arbre généalogique et est marqué par la couleur rouge. La dynastie continue jusqu'à aujourd'hui, grâce à la lignée féminine assurée par sa soeur Elisabeth des Premyslides... L'exposition sur cette dynastie se poursuit à la galerie Ledebourg jusqu'au 22 octobre prochain.