L'ODS contre toutes les gauches et les autres

r_2100x1400_radio_praha.png

Comme pendant la campagne électorale il y a quatre ans, le Parti civique démocrate (ODS) de Vaclav Klaus, a attendu l'approche du scrutin pour trouver l'adversaire à abattre, et c'est ce qu'il a appelé dans un meeting ce week-end, " la dangereuse gauche".

Comme pendant la campagne électorale il y a quatre ans, le Parti civique démocrate (ODS) de Vaclav Klaus, a attendu l'approche du scrutin pour trouver l'adversaire à abattre, et c'est ce qu'il a appelé dans un meeting ce week-end, " la dangereuse gauche". Et d'ajouter que le temps qui reste à courir d'ici aux élections, la campagne y sera orientée contre les socialistes. Si, précise Vaclav Klaus, la menace n'est pas le retour au communisme, elle est néanmoins dans la limitation de la liberté par le socialisme. "Nous comprenons les prochaines élections, ajoute le chef de l'ODS, comme un carrefour décisif : soit le retour à l'apathie et la confiscation de la liberté, soit le départ pour une atmosphère créatrice et la prospérité." L'ODS range parmi ceux qui s'efforcent de retourner à ce qu'il appelle le "temps des peurs" non seulement les communistes et les socialistes, mais aussi leurs électeurs et ceux qui reporteront sur eux leurs voix pour gouverner avec eux, et ce sont les chrétiens-démocrates et une partie de l'Union de la liberté. Ce n'est pas la première fois que l'ODS s'est mobilisé contre la gauche, rappellent ses adversaires ; il l'a déjà fait bien avant les dernières élections.

Auteur: Omar Mounir
lancer la lecture