L'Orchestre des jeunes Gustav Mahler à Prague

r_2100x1400_radio_praha.png

Prague a de nouveau accueilli l'Orchestre des jeunes Gustav Mahler et c'était, une fois de plus, un grand succès. Vaclav Richter.

J'ai assisté, déjà, à plusieurs concerts de cet orchestre hors du commun et pourtant je ne peux pas dire que je le connais. C'est une formation qui est en perpétuel changement. Chaque année, on recrute de nouveaux musiciens pour cet orchestre, dans 25 pays européens. Les adeptes, dont l'âge ne doit pas dépasser 26 ans, se produisent devant des jurys qui font le tri parmi de nombreux candidats. Cette année, il compte 120 membres dont aussi 5 Tchèques. Je me suis aperçu de la prédominance des femmes, dans les sections des cordes à l'exception des contrebasses, bien entendu, et j'ai dû constater que les domaines musicaux qu'on croyait réservés aux hommes, se féminisent. L'Orchestre des jeunes Gustav Mahler a été fondé, en 1986 à Vienne, notamment à l'initiative de Claudio Abbado, chef d'orchestre qui est, aujourd'hui encore, son directeur musical. Sa renommé rejaillit sur l'orchestre et attire à la collaboration les plus grands chefs et interprètes de notre temps. Pour nombreux d'entre eux c'est un véritable bain de jouvence. En 1988, l'orchestre a été dirigé par le Tchèque Vaclav Neumann. Le concert de cette formation des jeunes, donné, ce mercredi, à la Maison municipale de Prague, a été confié à un chef autrichien qui est, lui aussi, relativement jeune, car il est né en 1960. Il s'appelle Franz Welser-Möst et il sera, à partir de cette année, directeur musical de l'Orchestre de Cleveland. Au programme de la soirée, il y avait la 8ème symphonie d'Anton Bruckner, une oeuvre colossale par ces dimensions et aussi, sans doute, par son importance dans l'histoire de la musique. Une oeuvre colossale interprétée par un colosse orchestral qui compte 120 instrumentistes, dont 86 dans la section des cordes. Le chef jouissant d'une complicité visibles de ses musiciens, a su profiter de cette opulence pour donner à la symphonie une sonorité ample et des contours monumentaux. Grâce à son geste énergique et éloquent, le velouté des cordes, les appels des bois et l'éclat des cuivres ont fait surgir, devant les auditeurs éblouis, tout un univers musical. La noblesse, la nostalgie et la joie de Bruckner ont été transfigurées, les sentiments humains ont pris la dimension des éléments de la nature.