Manifestation des éleveurs de porc devant le ministère de l’Agriculture

r_2100x1400_radio_praha.png

Environ 500 éleveurs de porc ont protesté, mardi, devant le ministère de l’Agriculture contre les bas prix d’achat et les charges de production croissantes, en demandant une compensation spéciale de l’Etat. Le ministre Petr Gandalovic l’a refusé.

Jan Veleba, photo: CTK
La manifestation était émotive et résolue à la fois. Les agriculteurs parlaient du pillage de la campagne, de la fin du porc tchèque, de la crise de leurs élevages qu’ils seront contraints de liquider. Pour l’empêcher, ils demandent à l’Etat une aide spéciale d’un milliard de couronnes. On écoute le chef de la Chambre agraire, Jan Veleba :

Photo: CTK
« Nous voulons, de même que les fermiers français ou, nouvellement aussi les fermiers hongrois, une aide de l’Etat pour soutenir nos élevages. Le problème devient grave : en 2001 les éleveurs ont obtenu 22 milliards de couronnes pour le porc vendu, cette année ce sera légèrement au-dessus de 12 milliards, soit une baisse en chute libre… »

Selon Veleba, les éleveurs de porc perdent 1000 couronnes par tête de bétail et si cela continue, il y aura une pénurie du porc tchèque sur le marché au milieu de l’année prochaine… Il a aussi mentionné les importations croissantes de viande, notamment d’Autriche et d’Allemagne. Les conditions inégales des fermiers tchèques et ouest-européens sont, d’après lui, à l’origine de cette situation et c’est pourquoi les éleveurs de porc demandent à l’Etat un milliard de couronnes pour les soutenir.

Le ministre de l’Agriculture Petr Gandalovic qui est venu à la manifestation, a promis d’étudier les possibilités d’accorder aux éleveurs certaines subventions. L’année prochaine, ils pourraient compter sur une aide supplémentaire de l’Etat de 300 millions de couronnes :

Petr Gandalovic, photo: CTK
« Nous sommes en train de négocier des subventions allouées par le programme de développement de la campagne, à partir des fonds européens destinés aux élevages de porcs, pour qu’il soit possible d’augmenter leur capacité de concurrence, de diminuer les charges et de parvenir à un prix d’achat acceptable. »

Les agriculteurs ont offert au ministre un cadeau : une tête de cochon. Leur défilé, conduit par une charrette pleine d’andouillettes qu’ils distribuaient aux passants, a continué jusqu’à la place Venceslas. Le même jour qu’ils ont manifesté à Prague, la Commission européenne a adopté la révision de la politique agricole commune qui réduit les paiements directs aux grandes exploitations. Une mesure qui toucherait sensiblement la République tchèque où la concentration des grandes exploitations agricoles est l’une des plus élevée à l’échelle de l’Union européenne.