Milena Moravcova

r_2100x1400_radio_praha.png
0:00
/
0:00

Grande, mince, élégante, Milena Moravcova, ex-maître de ballet au théâtre de Liberec dans les années soixante, puis chorégraphe à la Télévison tchécoslovaque, envoûte par son charme et sa grâce. Le prestigieux prix Intervize lui est décerné en 1974 pour la chorégraphie à la télévision des Danses slaves d'Antonin Dvorak. Pendant de longues années elle a donné des cours de danse classique au Conservatoire de Jaroslav Jezek et réalisé de nombreuses chorégraphies à Brno, Zlin, Pilsen et dans les prestigieux théâtres de Prague. Par exemple, au Théâtre de Vinohrady, elle a monté l'exquise chorégraphie Une fête sur la montagne d'Argent (Slavnost na Stribrne hore), qui a été présentée avec un grand succès dans le cadre du festival international au Mexique en 1978. Dans les années soixante, Milena était la plus jeune chorégraphe en Tchécoslovaquie.

chaque cours, un élève était choisit pour improviser. La petite Milena se donnait beaucoup de peine pour que ce soit elle, tellement elle désirait montrer à son papa comme elle dansait bien. Malheureusement elle perd très tôt son père adoré. En 1942 il est arrêté par la GESTAPO et déporté au camp de concentration de Mauthausen, destination de non-retour. Sa mère, veuve avec trois enfants, envoie sa fille, qui a alors six ans, chez ses grands-parents. Milena passera chez eux son adolescence. Tout ce qui est relatif à l'art, elle le doit à sa tante qui jouait très bien du piano et connaissait le milieu artistique. A quinze ans, elle entre au Conservatoire de Brno pour étudier la danse. Après ses études, plusieurs options se présentent. Milena choisit le théâtre d'Opava, en Silésie. Elle apprécie l'ambiance : des jeunes gens sympathiques et Boris Slovak, un chorégraphe de talent qui fait des spectacles dans un nouveau style. Mais Milena vise plus haut. Elle rêve de faire des études de chorégraphie à l'Académie des arts. A l'époque il est obligatoire de faire un stage dans un théâtre. Milena part à Kladno. Le célèbre metteur en scène Karel Smazik exige une discipline stricte mais les spectacles sont d'un très haut niveau. Elle reste à Kladno pendant un an et demi, puis elle passe avec succès les examens à l'Académie où elle fait des études de chorégraphie pendant quatre ans. Pendant ses études elle fait souvent des stages sur les principes de la technique moderne à l'école de Gret Paluca, qui l'influencera beaucoup. « A l'âge de cinq ans j'ai commencé à suivre des cours de danse dans ma ville natale, à Brno ». Son père l'accompagnait à son cours de rythmique, puis il revenait la chercher. Dans la salle de danse il y avait une vitre derrière laquelle les parents attendaient et regardaient leurs enfants danser. A la fin de

« A l'Université, c'est à dire à l'Académie des arts, j'ai rencontré mon futur mari. A cette époque il étudiait à la faculté de cinéma. Il a terminé ses études comme réalisateur de films documentaires. Mais après l'école, le service militaire était chez nous obligatoire, alors il est parti au service militaire pour deux ans. Après nous avons vécu à Prague et il a travaillé dans un studio de films documentaires à la télévision et il a aussi tourné un long métrage. »

Puis le professeur Jan Reimoser envoie Milena à Teplice, en Bohême du Nord, où elle travaille comme chorégraphe pendant une année. Elle coopère également avec le Théâtre de Pilsen, où elle est recommandée par les membres de la Commission de l'Association dramatique qui apprécient ses chorégraphies modernes et fraîches. Juste à ce moment, le chorégraphe du Théâtre de Liberec quitte son poste et Milena se fait engager à sa place et également comme maître de ballet. Elle fait des créations modernes, engage des danseurs jeunes et brise la tradition du ballet russe sclérosé. Milena Moravcova met sur scène même une Coppélia différente avec un narrateur pour les enfants. Pour la jeune chorégraphe, le fait de vivre à Liberec, alors que son mari réside à Prague, est tout de même difficile à gérer. Le couple ne se voit que pendant les week-ends. Finalement elle met terme à son engagement à Liberec, revient à Prague et donne des cours de danse classique au Conservatoire de Jaroslav Jezek. Bientôt la Télévision tchécoslovaque lui propose de faire des chorégraphies pour différentes émissions. Elle travaille avec des réalisateurs de renommée comme Jan Bonaventura, Jaromir Jires, Vaclav Hudecek.

métier. Les débuts sont un peu difficiles mais très vite elle comprend les règles du métier de guide et se trouve au top. En 2003, encore une épreuve difficile l'attend. Elle divorce. Rupture difficile à vivre après trente-huit ans de mariage. Balzac avec Gérard Depardieu. Elle continue encore à donner des cours au Conservatoire Jaroslav Jezek, mais là aussi les difficultés ne se font pas attendre. En attendant, elle fait encore pour ses élèves la chorégraphie d'extraits de comédies musicales connues et les présente avec succès sur scène. Par un décret du ministère de l'Education, le département de danse du Conservatoire de Jaroslav Jezek est supprimé et Milena se retrouve même sans travail. Elle est pratiquement à l'âge de la retraite. Mais pour elle, cela n'a aucune signification. C'est une femme qui a du caractère et elle n'a pas froid aux yeux. Elle parle français, car toute jeune sa tante l'envoyait prendre des cours de cette langue, et plus tard Milena a continué à l'Institut français de Prague. Elle ne voit qu'une seule solution : se reconvertir. En France et en Suisse, beaucoup moins en République tchèque, on parle et écrit des articles sur les difficultés de reconversion des danseurs. Milena Moravcova est un exemple à prendre, qui ferait plaisir au Bureau international du Travail (BIT). Elle prend donc des cours pour guides, passe les examens nécessaires et s'adapte très facilement à son nouveau

Parmi les nombreuses chorégraphies de Milena Moravcova, citons Casse-noisettes en version moderne, Le carnaval des animaux de C. Saint-Saëns pour la télévision, ou Ballade sur Hilébia (Balada o Hilebii) au théâtre de Zlin. La première du spectacle s'est déroulée en présence de Milan Kundera et de sa femme Vera. Les élèves de Milena Moravcova se trouvent pratiquement dans tous les théâtres et ensembles en République tchèque.