Milos Zeman en Inde

r_2100x1400_radio_praha.png

Ce dimanche, le Premier ministre, Milos Zeman, a commencé sa visite d'une semaine en Inde et en Corée du sud. Une information d'Alena Gebertova.

« Pas de conflits, pas de problèmes actuels, pas de nuages encombrant les relations entre les deux pays». Voilà les paroles du chef du cabinet tchèque au début de son séjour en Inde. On peut même trouver, d'après lui, des parallèles entre le principe de la politique de non-violence de Mahatma Gandhi et le cours de l'histoire tchèque pendant les dix dernières années.

Les bons rapports politiques et économiques entre la République tchèque, autrefois la Tchécoslovaquie, et l'Inde, sont de longue date. Leur tradition remonte à la période antérieure à la Seconde Guerre mondiale. Plus tard, sous le communisme, la Tchécoslovaquie a été l'un des premiers partenaires commerciaux de l'Inde. Elle s'est engagée dans des projets industriels de grande envergure, réalisés dans plusieurs villes de l'Inde.

La coopération économique est d'ailleurs le principal thème des négociations de Milos Zeman avec les représentants de l'Inde. L'accent est mis également sur des possibilités d'une coopération militaire entre les deux pays.

L'actuelle mission de Milos Zeman en Inde est la première visite officielle, à ce niveau, depuis la naissance de la République tchèque en 1993. Son but essentiel consiste à manifester l'intérêt de Prague de développer les relations mutuelles et d'encourager des projets tchèques dans la région...

C'est jeudi que Milos Zeman, accompagné de trois ministres et d'un groupe d'entrepreneurs, quittera l'Inde pour la Corée du sud. Durant une quarantaine d'années, jusqu'en 1990, la Tchécoslovaquie n'avait pratiquement pas de relations politiques avec ce pays. Les choses ont bougé depuis, car la Corée du sud a déjà accueilli un Premier ministre tchèque, en la personne de Vaclav Klaus. C'était en octobre 1994.