Mise en service de la centrale nucléaire de Temelin

r_2100x1400_radio_praha.png

La construction peut-être la plus controversée dans l'histoire de la jeune République tchèque indépendante, la centrale nucléaire de Temelin, en Bohême du sud, est achevée. La centrale peut commencer à produire de l'énergie électrique. Revenons un peu à l'histoire de cette centrale avec Alain Slivinsky.

Sur le territoire de la République tchèque, il existe une seule centrale nucléaire en service, celle de Dukovany, en Moravie du sud. Elle a été construite sur le modèle soviétique, avec les réacteurs de mauvaise renommée qui équipaient aussi la tristement célèbre centrale de Tchernobyl. En 1981, le président de la Tchécoslovaquie, Gustav Husak, signait un document sur le projet commun de construction de la centrale nucléaire de Temelin, avec l'Union soviétique. Cela entrait dans le cadre de la coopération entre les pays du bloc communiste. Les temps ont changé, le communisme n'est plus en Europe, l'Union soviétique et la Tchécoslovaquie n'existent plus. Temelin, elle, a survécu. Les gouvernements successifs de la République tchèque décidèrent de sa finition. Le coût de l'opération avait atteint une somme énorme, mais les besoins énergétiques et écologiques du pays étaient considérés comme prioritaires. En effet, la Tchéquie ne dispose pas de grandes réserves en moyens de production d'énergie classiques, comme le charbon, le gaz, les fleuves ou rivières. L'atome fut considéré comme la meilleure solution encore par le gouvernement de Vaclav Klaus. Pourtant, la centrale de Temelin, connue sous son abréviation en Tchéquie, JETE, ne devait plus posséder quatre réacteurs comme dans le projet initial, mais seulement deux. Les réacteurs restaient de type soviétique, mais modernisés. La technologie allait être fournie par la grosse société américaine, Westinghouse. Beaucoup d'eau a coulé sous les ponts, depuis 1986, année des premiers coups de pioche sur le chantier de Temelin. Les protestations, aussi bien en Tchéquie qu'à l'étranger, se sont fait retentir de plus en plus fort. L'Autriche surtout, un voisin se sentant éventuellement le plus menacé par un accident de la centrale en est allée jusqu'aux menaces : elle tenterait de conditionner l'entrée de la Tchéquie à l'Union européenne par l'arrêt de la construction de Temelin... Les écologistes autrichiens ont bloqué les frontières tchéco-autrichiennes en septembre. Même scénario encore, lundi 9 octobre, jour de la mise en service officielle de la centrale. Cérémonie en la présence du Premier ministre tchèque, Milos Zeman. Peu après 21.00, les techniciens montent les premiers tubes de commandes du réacteur... La centrale nucléaire de Temelin commence sa vie. Une page de l'histoire est tournée et rappelons, quand même, que les deux tiers des citoyens tchèques, selon les sondages, seraient pour le nucléaire. Pour ou contre, espérons - ce qu'assurent les experts et l'Office national tchèque pour la sécurité nucléaire - que la sécurité du fonctionnement est pleinement garantie.