Nanotechnologies: un traitement contre le cancer développé à Brno

Photo: Ceitec

Le centre de recherche « Ceitec » de Brno va participer aux recherches d’un nouveau traitement anticancereux mettant à profit les nanotechnologies. Le traitement en question est basé sur la mise au point d’un nanoaimant capable de cibler et de détruire sur commande les cellules cancéreuses. Une subvention de 6 milliards de couronnes débloquée par le programme opérationnel « Recherche, développement et innovation » sera attribuée au centre de Brno pour la première année de recherches.

Photo: Ceitec
Le traitement anti-cancereux téléguidé représente un nouvel espoir de thérapie pour les patients ainsi que pour les médecins. Luboš Petruželka, médecin chef de la clinique d’oncologie de la première faculté de médecine de l’Université Charles, explique son principe et ses avantages : le nanoaimant à la surface duquel sont accrochés des substances anti-cancereuses est injecté dans l’organisme du patient.

Sous l’action d’un champ magnétique appliqué au moyen d’une imagerie par résonance magnétique, le médecin met en mouvement le nanoaimant en le ciblant vers les cellules cancéreuses ce qui provoquera leur destruction. Le principal avantage est la localisation sur une partie du corps, souligne-t-il :

Luboš Petruželka, photo: CT24
« Pour les tumeurs solides, l’idée de départ est que les nanoparticules acheminent le médicament directement dans la cellule cancéreuse. Leur action serait double : la première qui cible un récepteur, soit la cellule cancéreuse, la seconde servant à exercer sa destruction locale, sans endommager les cellules voisines saines. »

A titre d’illustration, une nanoparticule est égale à un milliardième de mètre. Pour l’instant la méthode est en phase d’essais cliniques. Les Etats-Unis sont les premiers à avoir publié dans la littérature médicale les premiers résultats à succès des traitements. Le centre de recherche de Brno va multiplier les institutions où les recherches de nanoparticules sont menées, observe Luboš Petruželka :

Photo: CT24
« Le développement de cette méthode se situe à la croisée des recherches médicales et techniques. Il est nécessaire que ces recherches soient coordonnées pour que le nouveau traitement puisse être mis à profit le plus tôt possible. Certaines préparations nanotechnologiques comme des cytostatiques véhiculées dans un liposome sont déjà couramment utilisés dans la pratique, mais ce n’est pas tout à fait la même chose. La mise au point d’un véritable nanotraitement qui détruit sur commande les cellules cancéreuses est encore une question de quelques années. »

En attendant, de nouvelles perspectives s’ouvrent dans l’utilisation de nanotechnologie en tant que moyen de diagnostic précoce des cancers. La nanotechnologie est une branche de l’avenir dans laquelle la Tchéquie a marqué des points.

Les chercheurs de l’université de Liberec ont été les premiers au monde à maîtriser la production industrielle des nanofibres. Cette université a déposé le brevet d’une machine révolutionnaire, le nanospider, capable de produire des tissus en nanofibres à l’échelle industrielle.