Non aux néonazis, à Prague

r_2100x1400_radio_praha.png
0:00
/
0:00

La municipalité de Prague veut tout faire pour empêcher le défilé des néonazis à travers le Quartier juif le 10 novembre, à l'occasion de l'anniversaire du pogrome contre les Juifs, connue en tant que Nuit de Cristal, survenu dans la nuit du 9 au 10 novembre 1938. Des émeutes sont possibles, à cette occasion, à Prague.

Sur leur web, les « Jeunes démocrates nationaux » regroupant des extrêmistes de droite, confirment leur volonté d'organiser le samedi 10 novembre un défilé à Prague. D'abord autorisé, puis interdit par la municipalité de Prague, il devait initialement traverser le Quartier juif. La mairie a interdit par la suite également les huit autres trajets proposés par les néonazis. Ce jeudi, le tribunal municipal aura à décider si ces interdictions sont légales. Son verdict ne touchera pas, pourtant, l'interdiction concernant le Quartier juif qui demeure en vigueur, du fait que la loi ne permet pas deux défilés parallèles et que des organisations juives et des militants antifascistes ont déjà annoncé un rassemblement et des actes de piété dans cette localité. Les nationalistes seront très probablement soutenus par la venue de leurs confrères étrangers, de Slovaquie et d'Allemagne notamment. Oseront-ils, malgré l'interdiction, traverser le Quartier juif, sous prétexte de « protester contre la guerre en Irak » ? La question demeure ouverte et la ville de Prague appelle près de 1 400 policiers pour assurer l'ordre. Ecoutons le maire Pavel Bem :

« S'il est nécessaire d'avoir recours à la force, alors les services de sécurité, municipaux et nationaux, n'hésiteront pas à le faire ».

Rudolf Blazek, adjoint au maire de Prague, confirme ses paroles :

« Au cas où il y aura le 10 novembre des éléments aspirant à une confrontation, la police nationale et la police municipale feront tout ce qu'il faut pour l'empêcher ».

Le quotidien Hospodarske noviny fait remarquer que l'éventualité d'actions de provocation à l'occasion de l'anniversaire de la Nuit de cristal n'empêchera pas le chef de la diplomatie tchèque, Karel Schwarzenberg, de se promener, samedi, dans le Quartier juif, en compagnie de son homologue allemand Frank-Walter Steinmeier. La situation donne d'après lui « une raison de plus d'y aller ».