Nouveau blocage des frontières tchéco-autrichiennes

r_2100x1400_radio_praha.png

En dépit de l'engagement du dialogue entre les gouvernements tchèque et autrichien, mardi, les opposants à la centrale nucléaire de Temelin, en Bohême du sud, ne sont pas satisfaits.

En dépit de l'engagement du dialogue entre les gouvernements tchèque et autrichien, mardi, les opposants à la centrale nucléaire de Temelin, en Bohême du sud, ne sont pas satisfaits. Depuis jeudi, ils ont repris le blocage de certains passages frontière en Haute-Autriche, vendredi, les opposants de la Basse-Autriche se sont joints à eux. Le chancelier autrichien, Wolfgang Schüssel, reconnaît que les citoyens de son pays ont le droit de protester. D'un autre côté, son message aux opposants est clair : le blocage des frontières est un obstacle au dialogue avec la République tchèque. Le Premier ministre tchèque, Milos Zeman, a en effet, accueilli avec satisfaction les propos de son homologue autrichien. Néanmoins, si le blocage des frontières tchéco-autrichiennes ne se termine pas lundi prochain, il est probable que sa visite officielle à Vienne, à la fin du mois de novembre, n'aura pas lieu.