Nouveau programme informatique pour aider les universités tchèques à lutter contre le plagiat

r_2100x1400_radio_praha.png

Les universités tchèques ont décidé de lutter contre le plagiat. Dix-huit d’entre elles utilisent à partir de cette semaine un système informatique pour repérer les tricheurs.

Pour tous les étudiants qui pensaient rédiger leur mémoire de fin d’études en faisant du copier/coller, c’est une très mauvaise nouvelle. Le programme informatique élaboré par l’université Masaryk de Brno permet de retrouver où les phrases ou les paragraphes entiers ont été recopiés. Avec des résultats apparemment probants, d’après la responsable du projet, Jitka Brandejsová :

« L’université Masaryk a une très bonne expérience avec ce système informatique. Nous l’utilisons depuis deux ans, et les résultats sont plus qu’excellents. C’est ce qui a incité d’autres universités à s’équiper de ce système et aujourd’hui il y en a déjà un nombre important. »

Dix-sept autres universités, pour l’instant, utilisent donc ce système anti-plagiat, que même l’université d’économie de Bratislava a adopté. L’université Charles de Prague n’est pas encore équipée mais envisage de l’être bientôt, selon son porte-parole. Précurseurs dans cette lutte contre les plagiaires, les Tchèques pourraient être suivis ailleurs dans le monde, selon Jitka Brandejsová :

« C’est bien sûr dû au fait qu’internet est une source d’information énorme aujourd’hui, et recopier quelque chose trouvé sur internet est très facile. Donc le problème est de plus en plus fréquent à l’université, et pas seulement en République tchèque mais aussi à l’étranger. »

D’ici à la fin de l’année, il devrait y avoir plus de 100 000 mémoires enregistrés dans le système et plus d’un million de documents en tout. Le système n’est pas infaillible pour autant, les traductions de textes étrangers ne pouvant être repérées...

http://theses.cz