Nouvelle Bibliothèque nationale ? Avant les élections, tout est possible…

Проект нового здания Национальной библиотеки

C’est le leitmotiv des campagnes électorales tchèques. La construction de la « pieuvre » ou du « blob », comme on appelle le projet de Jan Kaplický de la nouvelle Bibliothèque nationale de Prague, revient à l’ordre du jour. A moins d’un mois des élections municipales, la majorité des partis politiques, y compris l’adversaire de longue date du « blob », l’ODS, donnent le feu vert à la réalisation du projet, alors que la rénovation du bâtiment actuel de la Bibliothèque est déjà en cours…

« Tous ceux qui ont pris au sérieux le projet de Kaplický pour la construction de la nouvelle Bibliothèque nationale, tous ceux qui n’y voient pas un moyen de règlement de comptes, devraient se boucher les oreilles pour les trois semaines à venir », conseille Zbyněk Petráček dans le quotidien Lidové noviny, en constatant que dans le débat actuel, il ne s’agit aucunement de la bibliothèque en tant que telle, mais d’une bataille dans laquelle les émotions des électeurs sont en jeu.

Un bref rappel des faits : au printemps 2007, le célèbre architecte tchéco-britannique Jan Kaplický remporte le concours pour la construction de la nouvelle Bibliothèque nationale de Prague dans le quartier de Letná. Son projet divise la société tchèque, sa victoire dans le concours est mise en cause… Vivement critiquée par le président Václav Klaus, la « pieuvre » est défendue par de nombreuses personnalités culturelles. En juillet 2008, le ministère de la Culture rejette le projet. Six mois plus tard disparaît son auteur Jan Kaplický…

Après la mort subite de l’architecte, l’épouse de l’ancien leader social-démocrate Jiří Paroubek a contribué à lancer une collecte nationale pour la construction du « blob », en déclarant que « la fondation de la bibliothèque figure dans le programme électoral de la social-démocratie. C’est une promesse publique. » Cinq mois après l’échec du parti aux élections législatives, les époux Paroubek refusent de s’expliquer à propos de la « pieuvre ». La somme collectée ne s’élève qu’à plusieurs dizaines de milliers de couronnes, trop peu pour encourager un projet dont le budget s’échelonne entre 2 et 4 milliards de couronnes.

Une somme dont l’Etat ne dispose et ne disposera pas, selon le Premier ministre Petr Nečas (ODS). Le ministre de la Culture Jiří Besser (TOP 09) le confirme : « A l’avenir, nous aurons besoin du ‘blob’, mais actuellement, la décision gouvernementale est différente. »

Klementinum
Où devrait-on construire la bibliothèque ? A Letná ou à l’emplacement de l’ancien Palais des Congrès ? Voilà les questions qui pourtant préoccupent les candidats à la mairie de Prague. Les représentants de l’ODS auraient même rencontré Eliška Kaplicky qui milite inlassablement pour la réalisation du projet de son mari défunt. Une situation quasi schizophrène, étant donné que la rénovation de Klementinum, l’actuel siège de la Bibliothèque nationale, ainsi que la construction d’un nouvel entrepôt d’ouvrage en banlieue sont en cours… Fidèle, quant à lui, à son discours « anti-blob », le maire de Prague Pavel Bém de l’ODS, juge ce débat populiste. Et la presse conclue : « Parlons de la Bibliothèque nationale, mais en dehors de la campagne et en respectant les faits. »