Nouvelles Dimanche, 18. JANVIER, 1998

r_2100x1400_radio_praha.png

LþUnion libre: gestation dþune création

Cþest aujourdþhui quþest décerné þ Los Angeles le prestigieux prix, Le Globe dþor. Parmi les oeuvres nominées, le film de co-production tchéco-allemande: LEA.

-OM-

LþUnion libre: gestation dþune création

Cþest donc dans la ville de Litomysl, comme nous en avons informés nos auditeurs, quþa débuté aujourdþhui la rencontre des signataires de la fameuse plate-forme contestataire de lþODS. Le député Jan Ruml, qui est en quelque sorte le père spirituel de cette initiative, a arrêté dans une allocution les objectifs de cette rencontre, à savoir un débat sur le parti à naître, lþUnion libre, mais aussi un échange de points de vue sur lþactuelle situation. Selon Jan Ruml, ce nouveau parti devrait se déclarer de la manière la plus claire parti de droite, souligner en son sein le rôle de la responsabilité individuelle et veiller au développement de lþautonomie des administrations locales et de la société civile. Ruml a fait aussi appel aux anciens politiciens ayant rejoint le mouvement de laisser de côté leurs ambitions personnelles et dþouvrir le parti à créer aux jeunes qui nþont pas de précédent politique. Sþagissant des rapports avec les autres partis de droite, Jan Ruml a déclaré que le plan dþintégration des partis de droite, avant les élections anticipés de juin, ne lui paraît guþre raisonnable, mais selon ses propres paroles, lþUnion libre ne fermera pas la porte à la collaboration avec dþautres partis. Rappelons que cette plate-forme est avant tout formée des députés qui ont quitté lþODS de lþancien Premier ministre, Vaclav Klaus, et dont quelques uns sont membres de lþactuel gouvernement Tosovsky. Cette plate-forme, enfin, est née de la crise intérieur à lþODS, conséquence de la non- transparence de ses finances.

Echos de la réunion de la plate-forme

Plusieurs voix se sont fait entendre à lþoccasion de cette large rencontre -deux cents délégués-, la première du genre, de la plate-forme. Ivan Pilip, actuellement ministre des Finances, a fait appel à lþaccélération de la rédaction des statuts du parti devant naître dans quelques semaines. Alexandr Tomsky, député et dernier transfuge de lþODS auquel il appartenait jusquþà ce vendredi, a déclaré avoir jusquþà présent beaucoup plus souffert de la rhétorique de la droite que de la gauche. Le député Martin Syka a proposé, dans lþintérêt de la crédibilité du parti, a-t-il dit, que ne figurent pas à sa direction dþanciens membres du cercle réduit de la direction de lþODS. Quant à Vaclav Klaus, il estime que son parti, lþODS, doit considérer lþUnion libre comme un adversaire; mais il a tenu à souligner que lþODS se comportera vis-a-vis de lui de la même manière que vis-à-vis des autres partis.

Plusieurs voix se sont fait entendre þ lþoccasion de cette large rencontre -deux cents délégués-, la premiþre du genre, de la plate-forme. Ivan Pilip, actuellement ministre des Finances, a fait appel þ lþaccélération de la rédaction des statuts du parti devant naître dans quelques semaines. Alexandr Tomsky, député et dernier transfuge de lþODS auquel il appartenait jusquþþ ce vendredi, a déclaré avoir jusquþþ présent beaucoup plus souffert de la rhétorique de la droite que la gauche. Le député Martin Syka a proposé, dans lþintérþt de la crédibilité du parti, a-t-il dit, que ne figurent pas þ sa direction dþanciens membres du cercle réduit de la direction de lþODS. Quant þ Vaclav Klaus, il estime que son parti, lþODS, doit considérer lþUnion libre comme un adversaire; mais il a tenu þ souligner que lþODS se comportera vis-a-vis de lui de la mþme maniþre que vis-þ-vis des autres partis.

LþODS et le bourbier du financement occulte

LþODS nþest toujours pas sorti de la tempête dans laquelle lþa plongé le double scandale de lþargent du sponsoring et des présumés comptes bancaires ouverts à lþétranger en fraude de la loi. Dans la série des désaffections autour de Klaus, un gros calibre de la politique nationale, Tomas Jezek, ODS, et qui nþest ni plus ni moins que le patron de la bourse de Prague, est sorti de sa réserve pour déclarer quþil apportera son soutien à lþUnion libre. Ce qui vaut un pied-de-nez à Klaus à qui Jezek doit dþêtre là où il est. Les ordres de mission en vertu desquels cadres et fonctionnaires de lþODS se sont déplacés à lþétranger, la Hongrie, lþAutriche et la Suisse, ont été enfin remis à la police, qui les réclame pour mener à bien son enquête sur lþexistence des fameux comptes bancaires. Selon Tomas Ratiborsky, il fallait les remttre à la police, même si, selon lui, ils nþont rien à voir avec lþenquête en cours. LþODS entend procéder à un audit de sa comptabilité interne, pour se laver de lþaffront qui lui est fait, mais nþayant pas les 4 millions de couronnes nécessaires, il réclame une contribution de ses membres.

LþODS nþest toujours pas sorti de la tempþte dans laquelle lþa plongé le double scandale de lþargent du sponsoring et des présumés comptes bancaires ouverts þ lþétranger en fraude de la loi. Dans la série des désaffections autour de Klaus, un gros calibre de la politique nationale, Tomas Jezek, ODS, et qui nþest ni plus ni moins que le patron de la bourse de Prague, est sorti de sa réserve pour déclarer quþil apportera son soutien þ lþUnion libre. Ce qui vaut un pied-de-nez þ Klaus þ qui Jezek doit dþþtre lþ oþ il est. Les ordres de mission en vertu desquels cadres et fonctionnaires de lþODS se sont déplacés þ lþétranger, la Hongrie, lþAutriche et la Suisse, ont été enfin remis þ la police, qui les réclame pour mener þ bien son enquþte sur lþexistence des fameux comptes bancaires. Selon Tomas Ratiborsky, il fallait les remttre þ la police, mþme si, selon lui, ils nþont rien þ voir avec lþenquþte en cours. LþODS entend procéder þ un audit de sa comptabilité interne, pour se laver de lþaffront qui lui est fait, mais nþayant pas les 4 millions de couronnes nécessaires, il réclame une contribution de ses membres.

Madeleine Albright et les priorités du gouvernement

Madeleine Albright, chef du Département dþEtat américain, a salué la garantie données par le Premier ministre Josef Tosovsky, à savoir que la principale priorité de son gouvernement est lþadmission de la République tchþque à lþOTAN. Elle sþest aussi félicité de ce que le gouvernement a déclaré son intention de maintenir la continuité des réforme économique.

naître, lþUnion libre, mais aussi un échange de points de vue sur lþactuelle situation. Selon Jan Ruml, ce nouveau parti devrait se déclarer de la maniþre la plus claire parti de droite, souligner en son sein le rôle de la responsabilité individuelle et veiller au développement de lþautonomie des administrations locales et de la société civile. Ruml a fait aussi appel aux anciens politiciens ayant rejoint le mouvement de laisser de côté leurs ambitions personnelles et dþouvrir le parti þ créer aux jeunes qui nþont pas de précédent politique. Sþagissant des rapports avec les autres partis de droite, Jan Ruml a déclaré que le plan dþintégration des partis de droite, avant les élections anticipés de juin, ne lui paraît guþre raisonnable, mais selon ses propres paroles, lþUnion libre ne fermera pas la porte þ la collaboration avec dþautres partis. Rappelons que cette plate-forme est avant tout formée des députés qui ont quitté lþODS de lþancien Premier ministre, Vaclav Klaus, et dont quelques uns sont membres de lþactuel gouvernement Tosovsky. Cette plate-forme, enfin, est née de la crise intérieur þ lþODS, conséquence de la non-transparence de ses finances.

Madeleine Albright, chef du Département dþEtat américain, a salué la garantie données par le Premier ministre Josef Tosovsky, þ savoir que la principale priorité de son gouvernement est lþadmission de la République tchþque þ lþOTAN. Elle sþest aussi félicité de ce que le gouvernement a déclaré son intention de maintenir la continuité des réforme économique.

Echos de la réunion de la plate-forme

Plusieurs voix se sont fait entendre þ lþoccasion de cette large rencontre -deux cents délégués-, la premiþre du genre, de la plate-forme. Ivan Pilip, actuellement ministre des Finances, a fait appel þ lþaccélération de la rédaction des statuts du parti devant naître dans quelques semaines. Alexandr Tomsky, député et dernier transfuge de lþODS auquel il appartenait jusquþþ ce vendredi, a déclaré avoir jusquþþ présent beaucoup plus souffert de la rhétorique de la droite que la gauche. Le député Martin Syka a proposé, dans lþintérþt de la crédibilité du parti, a-t-il dit, que ne figurent pas þ sa direction dþanciens membres du cercle réduit de la direction de lþODS. Quant þ Vaclav Klaus, il estime que son parti, lþODS, doit considérer lþUnion libre comme un adversaire; mais il a tenu þ souligner que lþODS se comportera vis-a-vis de lui de la mþme maniþre que vis-þ-vis des autres partis.

LþODS et le bourbier du financement occulte

LþODS nþest toujours pas sorti de la tempþte dans laquelle lþa plongé le double scandale de lþargent du sponsoring et des présumés comptes bancaires ouverts þ lþétranger en fraude de la loi. Dans la série des désaffections autour de Klaus, un gros calibre de la politique nationale, Tomas Jezek, ODS, et qui nþest ni plus ni moins que le patron de la bourse de Prague, est sorti de sa réserve pour déclarer quþil apportera son soutien þ lþUnion libre. Ce qui vaut un pied-de-nez þ Klaus þ qui Jezek doit dþþtre lþ oþ il est. Les ordres de mission en vertu desquels cadres et fonctionnaires de lþODS se sont déplacés þ lþétranger, la Hongrie, lþAutriche et la Suisse, ont été enfin remis þ la police, qui les réclame pour mener þ bien son enquþte sur lþexistence des fameux comptes bancaires. Selon Tomas Ratiborsky, il fallait les remttre þ la police, mþme si, selon lui, ils nþont rien þ voir avec lþenquþte en cours. LþODS entend procéder þ un audit de sa comptabilité interne, pour se laver de lþaffront qui lui est fait, mais nþayant pas les 4 millions de couronnes nécessaires, il réclame une contribution de ses membres.

Madeleine Albright et les priorités du gouvernement

Madeleine Albright, chef du Département dþEtat américain, a salué la garantie données par le Premier ministre Josef Tosovsky, þ savoir que la principale priorité de son gouvernement est lþadmission de la République tchþque þ lþOTAN. Elle sþest aussi félicité de ce que le gouvernement a déclaré son intention de maintenir la continuité des réforme économique.