Nouvelles Lundi, 19. JANVIER, 1998

r_2100x1400_radio_praha.png

Nouvelles 19.1.98

Vaclav Havel dans son intervention hebdomadaire

Dans son intervention dominicale régulière sur les ondes de la Radio tchèque, le président Vaclav Havel a refusé les allégations selon lesquelles le Château aurait placé ses hommes, lors de la formation de l'actuel gouvernement de transition. "J'ai lu diverses spéculations, évaluations, que lors de la formation du nouveau gouvernement, ce qui pourrait être moi ou le Château, ou alors que je ne sais pas ce que c'est, aurait placé certains de ses hommes, de ses camarades et des choses comme ça, au gouvernement... C'est tout simplement de la naÍveté, a dit Vaclav Havel... S'agissant des ministres qui n'ont pas été reconduits dans l'actuel gouvernement, le président Vaclav Havel, tout en donnant l'exemple de Miroslav Vyborny, ancien chef du département Défense, a tenu a souligner qu'il ne s'agit pas là d'une marque de défiance à l'égard de ces ministres, mais tout simplement du résultat d'un jeu d'échecs assez compliqué.

Les chances du candidat Havel

C'est sans doute au premier tour des élections présidentielles, prévues ce mardi, que le président Vaclav Havel emportera la décision et succédera à lui-même à la tête de l'Etat. Lors de la réunion des deux Chambres, prévue au Château de Prague ce mardi, aux fins d'élire le président de la République, on estime que Vaclav Havel obtiendrait 170 voix sur 281. Il bénéficierait du vote de 121 députés sur 200 et de celui de 47 sénateurs sur 81.

Création de l'Union de la liberté

C'est donc en fin de journée de samedi que les délégués de la fameuse plate-forme du Parti civique démocrate, au nombre de deux cents, réunis dans la ville de Litomysl, sont parvenus, en résolution finale, à déclarer la naissance de la nouvelle formation politique du nom: l'Union de la liberté. Cela veut dire que la rencontre de Litomysl signifie le départ définitif des membres de la plate-forme de leur ancien parti, l'ODS du Premier ministre sortant, Vaclav Klaus. Dans les jours qui suivent, chacun des anciens "plate-formistes", puisque c'est ainsi qu'ils se dénomment, devrait opérer tout seul pour se faire une place dans le nouveau parti.

L'ODS et l'affaire du sponsoring et des comptes occultes

L'ODS de Vaclav Klaus toujours dans la turbulence conséquente aux problèmes de son sponsoring et des comptes présumés ouverts à l'étranger en fraude de la loi. En se référant à un ancien membre du conseil exécutif, Alexandr Tomsky, la télévision privée tchèque Prima a donné une information selon laquelle le conseil exécutif de l'ODS se serait mis d'accord avec son ancien vice-président, Bohdan Dvorak, afin que celui-ci ne divulgue pas à la policie des informations sur de faux sponsors. Selon Tomsky, ce qui a énervé le plus Dvorak et l'a conduit à démissionner de la direction, ce sont les insistances du manager Tomas Ratiborsky qui l'a contraint à signer un document par lequel il reconnaîtrait qu'il n'existe au siège de l'ODS aucun document autre que ceux remis à la police. Dans une déclaration à l'agence de presse CTK, Ratiborsky a démenti qu'il ait fait cette proposition à Dvorak.

Appel à la droite: éviter des élections anticipées

Le député Ivan Masek, ancien membre de l'Alliance civique démocrate (ODA) et fondateur du Parti de la convention conservatrice, a fait appel, ce dimanche, à tous les partis de droite, lors du programme Debata sur la chaîne de télé publique nø1, afin qu'ils se mettent d'accord sur la formation d'un gouvernement commun, susceptible de tenir jusqu'à l'an 2000. Ce faisant, Masek entend éviter les élections anticipées, lors desquelles le pouvoir serait offert sur un plateau à la social-démocratie, comme il l'a dit en substance. Masek accuse l'actuel gouvernement Tosovsky de faire "un sale business" avec la social- démocratie, consistant à obtenir d'elle un vote de confiance et à lui remettre en contrepartie le pouvoir au mois de juin prochain.