Nouvelles Lundi, 26. JANVIER, 1998

r_2100x1400_radio_praha.png

Noticias 26.1.98

Vaclav Havel à propos des législatives anticipées

Dans son intervention dominicale régulière sur les ondes de la radio publique tchèque, le Président Vaclav Havel a dit qu'il n'était pas dans ses intentions de "compliquer ou faire trainer en longueur" la voie de la République tchèque vers les législatives anticipées, mais de respecter l'esprit de la Constitution. C'est ainsi que le Président a réagi aux échos qu'avait suscités sa déclaration de jeudi - nous citons: "Si le cabinet Tosovsky n'obtient pas le soutien du Parlement, la tenue des législatives anticipées, au mois de juin, est menacée, puisque la recherche d'un nouveau candidat au poste de Premier ministre ne sera pas facile et elle prendra beaucoup de temps".

Le cabinet à la veille du vote de la motion de soutien

Le cabinet Tosovsky ne va probablement plus négocier le texte de la déclaration-programme qui sera soumise, mardi, à la Chambre des députés. Une information de Josef Lux, ministre de l'Agriculture, qui a rejeté les spéculations du Parti civique démocrate, selon lesquelles, le gouvernement devait soumettre le texte de la déclaration-programme à la social-démocratie avant le vote de la motion de soutien. Dans ce contexte, Josef Lux a rappelé que c'était l'un des arguments par lesquels, le Conseil exécutif du Parti civique démocrate avait justifié sa décision de samedi de ne pas soutenir le cabinet Tosovsky. Quant à la social-démocratie, son Conseil exécutif central a, par contre, recommandé à ses députés et à ses sénateurs de soutenir le cabinet de Josef Tosovsky.

Les priorités de la déclaration-programme

L'améþioration de la défense de l'Etat est l'une des priorités de la politique du nouveau cabinet tchèque. Un moyen pour y parvenir sera notre intégration à l'OTAN, c'est ce qui découle du projet de déclaration-programme, publié par l'agence CTK. Pour ce qui est de l'Union européenne, le gouvernement doit définir le mandat de la délégation tchèque à l'Union avant l'ouverture des négociations sur notre adhéþion, au mois d'avril prochain. Le cabinet s'engage aussi à continuer le processus de rapprochement de la législation tchèque des normes juridiques communautaires et à commencer la réforme de l'administration publique.

Le Parti civique démocrate demande la restitution des frais électoraux

Le Conseil exécutif du Parti civique démocrate (l'ODS) a invité les députés qui avaient quitté ses rangs mais qui ont gardé leur mandat parlementaire, à payer à l'ODS la somme proportionnelle aux frais liés à la campagne électorale qui s'élèvent, en moyenne, à 1,8 million de couronnes (près de 360 000 FF), pour chaque député. Cet appel est adressé, entre autres, à Jiri Vlach et Jiri Honajzer, vice-présidents de la Chambre des députés, ou à Vladimir Zeman, vice-président du Sénat, qui ont tous quitté l'ODS et qui sont membres de l'Union de la liberté, un nouveau parti issu d'une crise intérieure au sein de l'ODS.

Milan Uhde - candidat à la préþidence de l'Union de la liberté

L'ex-président de la Chambre des députés, Milan Uhde, est prêt à présenter sa candidature au poste de président de l'Union de la liberté. Jusqu'à présent, Jan Ruml, ex-ministre de l'Intérieur, a été l'unique candidat officiel à ce poste.

La République tchèque face aux critères économiques de Maastricht

A l'heure actuelle, la République tchèque n'accompli que deux des 5 critères de Maastricht par lesquels, l'Union européenne conditionne l'intégration de divers Etats à l'union économique et monétaire. Il s'agit des critères fiscaux et de l'endettement global. D'autres critères qui ne sont pas accomplis - le taux de l'inflation, le niveau des taux d'intérêt et le maintien du cours dans les limites de la zone de fluctuation.