Nouvelles Vendredi, 18. DÉCEMBRE, 1998

r_2100x1400_radio_praha.png

La Tchéquie et l'intervention contre l'Irak

Selon le Ministre tchèque des Affaires étrangères, Jan Kavan, la République tchèque est d'accord avec la position des Etats-Unis. L'intervention militaire est une réaction à la violation des normes du droit international par l'Irak. Ce pays n'a pas accompli les devoirs qui découlaient de la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU et a bloqué les travaux des inspecteurs de la Commission de l'armement de l'ONU contrôlant la présence d'armes nucléaires sur le territoire irakien.

La représentation politique tchèque et l'intervention contre l'Irak

La représentation politique tchèque, en dehors du parti communiste, exprime sa compréhension pour l'intervention militaire des Etats-Unis et de la Grande- Bretagne contre l'Irak. La majorité des personnalités politiques tchèques est persuadée que cette intervention créera les conditions nécessaires à l'accomplissement de la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU. Le ministère tchèque des Affaires étrangères s'est prononcé pour cette intervention, tout en déclarant qu'il aurait donné la priorité à une solution diplomatique.

Le Sénat tchèque et l'intervention contre l'Irak

La Commision des Affaires étrangères, de la Défense et la Sécurité du Sénat tchèque a adopté, à l'unanimité, une déclaration soutenant pleinement l'intervention militaire des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne contre l'Irak. Elle a constaté que celle-ci était inévitable pour empêcher l'Irak de fabriquer des armements de destruction massive, cette intervention ayant été décidée, quand tous les autres moyens avaient été épuisés.

La police tchèque et l'intervention contre l'Irak

Selon le porte-parole de la police tchèque, Ivana Moosova, les forces de sécurité tchèques ont pris des mesures adéquates pour garantir la sécurité des amabassades sur le territoire de la République. L'ambassade américaine et le siège de Radio Europe Libre sont sous une surveillance accrue, tout comme d'autres bâtiments.

Les services secrets tchèques et l'intervention

Les services de renseignements tchèques n'ont pas de signaux indiquant que la République tchèque courrait un danger spécial, en raison de l'intervention militaire américano-britannique contre l'Irak. Selon le porte-parole des services secrets, Jan Subert, la surveillance des bâtiments de Radio Europe Libre est rigoureuse, car cette station de radio a intensifié ses émissions en direction de l'Irak et d'autres pays de la région, après le bombardement. Aucuns détails n'ont été fournis.

La santé du Président Havel

Bien que l'état de santé du Président de la République, Vaclav Havel, se soit amélioré, selon les dernières informations, il semble que le chef de l'Etat ne partira pas en vacances avant la semaine prochaine. La Chancellerie indique que, si des complications n'apparaissent pas, la décision pourrait tomber lundi prochain. Vaclav Havel et son épouse, Dagmar, comptent se rendre dans un pays chaud, le Président ayant toujours le poumon et les bronches sensibles.

Nouvelle présidente du Sénat tchèque

Madame Libuse Benesova est donc le nouveau chef du Sénat tchèque, élue de justesse, mercredi... une voix à suffi. A la différence de l'ancien président, Petr Pithart, jugé par les sénateurs comme un peu trop conviable et même faible, représentant le Sénat de la meilleure manière à l'étranger, mais pas dans le pays, Libuse Benesova est une combattante et compte bien donner un nouveau rôle, plus important au Sénat, chambre haute du Parlement tchèque.