Ouverture du Centre tchèque à Kosice

Kosice
0:00
/
0:00

La visite du chef de la diplomatie tchèque Cyril Svoboda en Slovaquie, effectuée à quelques jours des célébrations du 87e anniversaire de la fondation de la Tchécoslovaquie, avait une dimension symbolique mais aussi politique et culturelle.

Cyril Svoboda et Eduard Kukan, photo: CTK
L'avenir du traité constitutionnel, les préparatifs du budget de l'UE et la coopération régionale ont été au menu des conversations du chef de la diplomatie tchèque, Cyril Svoboda, avec son homologue slovaque, Eduard Kukan, et le chef du gouvernement, Mikulas Dzurinda. Les relations entre les deux Etats de l'ancienne fédération commune qui a cessé d'exister en 1993, ont été qualifiées d'excellentes et hors standard. Un petit problème, néanmoins, est posé par le passage de la frontière commune. Les habitants des régions frontalières ne sont pas d'accord avec le traité en état de préparation qui interdirait de franchir la frontière sans limitation quelconque, à n'importe quel endroit. Ils craignent des complications que cette mesure entraînerait dans leur vie quotidienne et aussi un impact négatif sur le tourisme. Le traité en question prévoit la création de 22 points de passage et d'autres 72 voies convenues. Passer librement la frontière ne serait possible que sur autorisation spéciale.

Lors de sa visite à Bratislava, Cyril Svoboda a aussi développé l'idée du Premier ministre tchèque d'utiliser à nouveau le nom de l'ancienne fédération tchécoslovaque pour la présentation des deux pays successeurs à l'étranger où ce nom est beaucoup plus connu que la Tchéquie et la Slovaquie, et où il a toujours un bon renom. Une proposition à l'égard de laquelle la diplomatie slovaque ne s'est pas montrée favorable.

Un point fort de la visite, l'ouverture du Centre tchèque à Kosice, métropole de la Slovaquie orientale. Il a son siège dans la rue Razusova, dans le même bâtiment où se trouvait le consulat général de République tchèque, fermé après l'entrée des deux pays dans l'Union européenne. La Tchéquie a ses centres dans 17 pays du monde et celui de Kosice est le 21e déjà, car la Slovaquie est l'un des pays où il y a plus d'un centre. Cyril Svoboda a souhaité que le centre attire non seulement les habitants de Kosice, mais qu'il serve aussi à près des 6000 Tchèques qui résident dans la région de Kosice et qu'il aide à ce que Tchèques et Slovaques soient toujours aussi proches d'eux, par leur culture et leur langue. Le correspondant de la Radio tchèque en Slovaquie, Robert Mikulas, précise ce que le Centre peut offrir aux visiteurs :

« Le Centre tchèque de Kosice offrira aux intéressés une bibliothèque tchèque déplacée ici de Bratislava où une autre bibliothèque sera installée, conformément à un accord entre les ministères de la Culture, à la Bibliothèque universitaire, et en revanche, une bibliothèque slovaque fera partie de la Bibliothèque nationale de Prague. La culture tchèque à Kosice a une longue tradition : On y organise des Journées tchèques et nos compatriotes y font paraître un mensuel, Ceska beseda, unique en son genre en Slovaquie. »