Petite guerre entre l'ODS et les écologistes

Le président du Parti civique démocrate, Vaclav Klaus

Il semble que la petite guerre entre l'ODS, Parti civique démocrate, principal parti de droite dans le pays, et les écologistes s'intensifie, à un peu plus de deux mois des législatives tchèques. Alain Slivinsky.

Le président du Parti civique démocrate, Vaclav Klaus
Le président du Parti civique démocrate, Vaclav Klaus, n'est pas tendre à l'égard des divers mouvements écologiques. Lors d'un meeting électoral, vendredi, il les a accusés de représenter, en commun avec l'héritage du communisme, le plus gros fardeau pour l'environnement tchèque. Il a déclaré :

« Les activistes des mouvements écologiques sont incapables de tirer des leçons du développement, parce qu'ils pensent comme sous le communisme. Ils considèrent le monde alentour comme une catastrophe naturelle et sont incapables de décerner les changements. C'est réellement une catastrophe totale ».

Hausse de la tension entre les écolos et l'ODS, au moment où cette formation politique a publié son programme de protection de l'environnement. Pour cette protection, c'est le marché qui devrait être omniprésent, l'Etat devant limiter l'influence des écologistes. Pour cela, leurs divers mouvements ne devraient plus bénéficier des subventions de l'Etat, à l'avenir. Riposte immédiate des écolos : le titre du programme du parti de Vaclav Klaus « L'ODS vote pour un environnement de vie » a été transformé en « L'ODS vote pour les matières toxiques, le smog et les décharges ». Les mouvements écologiques ont lancé une campagne médiatique contre l'ODS. Ce dernier fait de même et tente de démontrer que, quand il était au pouvoir, l'environnement tchèque se portait bien. Vaclav Klaus d'affirmer :

« Les plus grosses dépenses vouées à l'écologie ont été effectuées sous les gouvernements de Vaclav Klaus - jusqu'à 2,5 % du PIB. Depuis, elles n'ont fait que baisser, jusqu'à même pas le 1 % actuel ».

Fortes protestations du côté des chrétiens-démocrates qui, par la voix de leur président, Cyril Svoboda, remettent les points sur les « i » : Les plus importantes lois écologiques ont été adoptées sous le gouvernement du Forum civique, au début des années quatre-vingt-dix. Miroslav Stingl, porte-parole du mouvement, Les enfants de la Terre, condamne les propos de Vaclav Klaus en déclarant :

« Il considère d'un très mauvais oeil tout engagement des citoyens, et y voit un danger potentiel ».

Karolina Sulova, porte-parole du Mouvement Arc-en-ciel, ajoute :

« C'est le Parti civique démocrate qui nuit le plus à la nature, ces derniers temps. Il le démontre par ses votes à la Chambre des députés ».

Le quotidien Lidove noviny constate qu'on ne peut voir les choses qu'en noir et blanc. Pourtant, l'ODS a vraiment voté plus souvent contre l'écologie que pour, que ce soit à la Chambre ou au Sénat. On se souvient, aussi, que son président Vaclav Klaus avait déclaré que l'effet de serre, qui est l'une des causes prouvées de l'échauffement de la planète, était une invention des écolos et autres adversaires de l'économie de marché...