Petr Necas à propos de la situation de sécurité en République tchèque

r_2100x1400_radio_praha.png

La République tchèque a approuvé la décision du Conseil de l'OTAN sur l'application de l'article 5 du Traité de Washington. Quelle serait cette éventuelle aide et comment se présente la situation de sécurité dans notre pays - Jarka Gissubelova.

Si les Etats-Unis demandaient une aide à l'Armée tchèque, il s'agirait probablement plutôt d'une participation symbolique d'unités spécialisées et peu nombreuses, a indiqué le ministre de la Défense, Jaroslav Tvrdik, en soulignant que toute spéculation sur une éventuelle demande de la partie américaine est prématurée. Aucune menace ne pèse sur le territoire de la République tchèque en rapport avec les attentats de mardi, a assuré le ministre. Pourtant, le dispositif de sécurité mis en place dans toute la République tchèque est le plus vaste depuis la guerre du Golfe. Une surveillance accrue concerne les organes suprêmes de l'Etat, les ministères, les ambassades, les entreprises énergétiques stratégiques, les usines chimiques, les barrages, les aéroports. Le métro de Prague fait l'objet d'un contrôle renforcé, ainsi que certains ponts, tunnels et d'autres bâtiments. Les mesures de sécurité prises par le gouvernement à la suite des attentats meurtriers de mardi sont-elles suffisantes' C'est la question que Radio Prague a posée à Petr Necas, président de la commission de la défense et de la sécurité du Parlement tchèque:

Je suis convaincu que les mesures de sécurité sont pleinement justifiées, la situation exige la prise de mesures de prévention. Dans le même temps, il faut dire qu'il n'y a aucune raison pour paniquer. Aucun danger direct ne menace ni le territoire, ni les citoyens de la République tchèque. D'autre part, il faut avouer que la situation de sécurité et l'appréciation des risques de sécurité ont changé, à la suite des attentats de mardi, puisqu'il s'avère qu'il s'agissait d'une action de longue portée préparée longuement d'avance. En plus, on ne peut pas exclure que cette attaque puisse motiver des extrémistes n'ayant rien à voir avec l'attaque mais qui pourraient se sentir concernés par cet acte et motivés à l'imiter."

En effet, une affiche exprimant un soutien à l'attaque aux Etats-Unis et glorifiant les Talibans est apparue, jeudi, à Liberec, ville en Bohême du nord, à la porte du bureau du membre de la Chambre des députés, Jiri Drda. Les auteurs de l'affiche demeurent, pour l'instant, inconnus.

Voici l'opinion de Petr Necas, président de la commission de la défense et de la sécurité, sur la préparation de l'armée tchèque de participer à une éventuelle réaction des Alliés:

"Nous avons, bien évidemment, les unités spéciales destinées pour des opérations de l'OTAN qui pourraient immédiatement être incorporées aux forces d'intervention immédiate ou rapide. Ces unités sont prêtes à agir, mais en ce moment, il est trop tôt de prévoir quelle sera la réaction de l'Alliance, et si les Etats-Unis vont demander une action coordonnée. Il est prématuré de parler des moyens militaires au moment où il n'est pas du tout sûr qu'ils seront utilisés par la République tchèque."