Prague à l'heure des « Chants cosmiques »

Le congrès des astronomes que Prague accueillait ces derniers jours et qui prend fin, ce jeudi, a été étroitement suivi, aussi, à Paris. Jiri Slavicek nous a téléphoné.

« Pour Paris, Prague a aujourd'hui la tête dans les étoiles. Alors que les dernières statistiques estiment que la République tchèque est devenue lors du dernier week-end prolongé, le lundi 15 août, la sixième destination préférée pour les touristes français pour un court séjour, la presse parisienne est convaincue que Prague deviendra sous peu le lieu d'une révolution pacifique qui de surcroît entrera dans les manuels scolaires des écoliers de toute notre planète. L'Assemblée générale astronomique vient de proposer à la communauté scientifique réunie en congrès à Prague, de faire passer notre système solaire de neuf à douze planètes. Les trois candidats à la place parmi nos vieilles planètes, provoquent une polémique passionnée qui dépasse la seule astronomie. Dans ce domaine, Prague a déjà une longue tradition. Pour ceux qui connaissent la langue tchèque puisque les traductions partielles de l'époque en France demeurent introuvables, rien que pour un sourire rappelons que les planètes doivent nous renseigner surtout sur nous-mêmes. C'est pour cela qu'un grand admirateur de Paris en son temps, Jan Neruda, écrivain et journaliste de Prague, a écrit pour nous éclairer ses Poèemes cosmiques, en tchèque « Kosmické pisne ». Lui au moins il savait : quand ça ne va pas sur terre, veut mieux regarder vers le ciel ».