Première cigarette vers 12 ans ? Une campagne mobilise la société

Des pathologies cardiovasculaires et respiratoires, des conséquences sur la fonction reproductive, une dépendance dix fois plus élevée que celle à l'héroïne. Qui en est responsable ? Vous l'avez deviné, nous parlerons aujourd'hui du cancérogène le plus répandu au monde qu'est le tabac. A la rentrée, une campagne de lutte contre le tabagisme des jeunes, intitulée « Retez lasky k detem » (La Chaîne d'amour pour les enfants) a été relancée à Prague. Son but ? Faire adopter une législation musclée qui interdirait, par exemple, la vente de cigarettes dans des supermarchés et magasins d'alimentation en général. Faut-il de telles mesures draconiennes ? La réponse ne peut être qu'affirmative, étant donné que la République tchèque compte 800 000 enfants fumeurs sur 10 millions d'habitants...

Chaque jour, 100 enfants et adolescents tchèques allument leur première cigarette. Plus de 90% de nouveaux fumeurs sont des mineurs, âgés de 12 ans en moyenne.

Si l'Europe met progressivement en place une politique anti-tabac, la République tchèque, dont la législation reste assez libérale comparée au reste du vieux continent, essaye, bon gré mal gré, de tenir le pas. Depuis trois ans, la publicité sur le tabac, ainsi que la vente des cigarettes aux jeunes de moins de 18 ans sont interdites. Le 1er janvier 2006 est entrée en vigueur une loi qui proscrit l'usage du tabac dans les lieux publics, y compris les écoles. Il n'empêche qu'au cours des six dernières années, le nombre de très jeunes fumeurs a doublé en République tchèque et que les mesures prises n'y changent pas grand-chose... Pour remédier à la situation, l'écrivain et analyste Martin Skapik, appuyé par treize médecins spécialistes, a lancé une campagne contre le tabagisme des enfants, baptisée « La Chaîne d'amour pour les enfants ». Une campagne qui s'adresse, en premier lieu, aux législateurs, comme il l'explique :

« L'idée de mettre en place ce projet remonte à 1991. Depuis, cette initiative a pris des formes différentes, nous avons surtout fait une campagne via Internet, sur le site nekurte.cz (nefumezpas.cz). Sa forme actuelle, La Chaîne d'amour pour les enfants, a été mise en place en septembre dernier. Pendant quatre mois, nous avons été présents devant le siège du gouvernement, où nous avons distribué des informations et notre appel aux responsables politiques. D'ailleurs, l'écho a été assez positif. Après une pause due aux élections, nous avons relancé, à la rentrée 2006, cette campagne, devant les deux chambres du Parlement et toujours devant le gouvernement. Nous avons ainsi créé une plate-forme, appuyée sur des arguments et des revendications bien définies et soutenue par les ligues tchèques contre le cancer. Notre objectif n'est pas de punir les enfants qui fument, mais de restreindre les activités commerciales responsables du tabagisme des jeunes. »

Nous l'avons dit, en République tchèque, l'âge minimal requis pour l'achat de tabac (disponible dans pratiquement tous les magasins d'alimentation) est fixé à 18 ans. Or, un sondage effectué par l'organisation « Alliance loi 18 », sponsorisée par ailleurs par des compagnies de tabac, a démontré que dans trois magasins ou bureaux de tabac sur quatre, les vendeurs ne se soucient pas de l'âge du client, en dépit du risque de se faire infliger une amende de 1600 euros. Martin Skapik, coordinateur et porte-parole du projet « Chaîne d'amour pour enfants », propose une autre solution :

« Il n'existe aucune raison pour que cette drogue soit vendue comme un produit de consommation légal. Cela n'a qu'un effet : le public sous-estime ses effets nocifs. Nous proposons que les cigarettes soient vendues séparément, à des endroits précis, dans des bureaux de tabac par exemple, ou alors, ce qui serait encore mieux, dans des pharmacies, où le client serait informé qu'il achète une drogue mortelle. Sinon, nous proposons aux législateurs de s'inspirer des pays scandinaves, notamment de la Suède, où la prévention fait partie intégrante des programmes scolaires et où la télévision publique est chargée de consacrer un temps de diffusion précis au problème de la dépendance au tabac. »

Avec la télévision, nous en arrivons à une des motivations les plus fréquentes des jeunes fumeurs... et c'est le cinéma. Si Martin Skapik, lui-même fumeur abstinent, confie avoir aspiré sa première bouffée de cigarette en tant qu'adolescent, pour ressembler à Pierre Richard, il n'est pas une exception. Comment dissuader les enfants d'essayer les cigarettes si leurs idoles s'en grillent l'une après l'autre au grand écran ? Loin de vouloir censurer les films, « La Chaîne de l'amour » propose de les accompagner de spots anti-tabac.

Les jeunes sont certes tentés d'imiter les stars, mais aussi leurs amis fumeurs. Ils veulent être plus cools, plus vieux, sûrs d'eux. Selon Katerina Fexova, professeur de maths dans un lycée professionnel de Kadan, dans le nord-ouest du pays, ses élèves se mettent à fumer, dans la plupart des cas, pour cette raison-là.

« Dans mon lycée, 5 à 10 enfants fument dans chaque classe, les filles surtout, d'après ce que j'observe. Et plus jeunes sont ces enfants, plus ils fument. Ils commencent vraiment vers 11, 12 ans, au collège. Il est vrai que lorsqu'ils entrent au lycée, au bout d'un an, de deux ans, il y en a certains qui arrêtent. Avant même que la loi n'ait interdit la cigarette dans les écoles, les fumeurs ont été sanctionnés chez nous. Mais ils fumaient quand même dans les toilettes. Maintenant, ils font plus attention. Ils ont peur d'avoir zéro de conduite. Et puis, les cigarettes sont plus chères, alors... ils fument avant et après les cours et il n'y a que les plus assidus qui courent quelque part pendant la récréation, pour s'en fumer une. »

« Sensibiliser les enfants aux effets nuisibles pour la santé du tabac n'a aucun impact. Une crise cardiaque à trente ans ? C'est loin pour eux », explique, sur le site Internet aktualne.cz Katerina Langrova, directrice de la Coalition tchèque contre le tabac. Ce qui marche, d'après elle, c'est de suggérer aux filles que fumer est mauvais pour la peau, pour les dents, qu'elles risquent d'avoir des rides et ne pas sentir bon pour leurs petits copains. Les garçons, eux, n'aiment pas entendre que la cigarette peut provoquer l'impuissance sexuelle. Un autre argument qui pèse chez les jeunes, selon les spécialistes tchèques : l'économie. « Les adolescents ont du mal à accepter qu'en fumant, ils sponsorisent quelqu'un qui les exploite », affirme Katerina Langrova. Tout comme Martin Skapik, elle pointe du doigt des activités culturelles organisées ou soutenues par des fabricants de tabac, une autre forme de publicité, voire leurs liens avec des cercles politiques. Les mêmes qui promettent aux organisateurs de « La Chaîne d'amour » de se pencher, au niveau parlementaire ou gouvernemental, sur le tabagisme des jeunes ? Espérons que non.

Pour plus d'informations sur la campagne :www.retezlasky.cz