Presse : l’inertie ou l’émergence d’une nouvelle formation politique à attendre ?

Août 1968

La scène politique tchèque est-elle prête à l’émergence d’une nouvelle formation politique ? Réponse dans cette nouvelle revue de presse. Le magazine propose également quelques remarques liées au 55ème anniversaire de l’occupation de la Tchécoslovaquie par les troupes du pacte de Varsovie. Parmi les autres sujets traités : la baisse du niveau de vie des Tchèques, la radicalisation d’une partie de la société liée à la présence des ressortissants ukrainiens dans le pays, la situation des propriétaires de forêts.

« La société tchèque est frustrée par la scène politique actuelle ce qui ouvre un espace pour une gauche démocratique ou un nouveau parti libéral pro-européen. Si une telle alternative n’émerge pas, il est probable que le pays prenne un chemin anti-libéral à la Orbán, après les prochaines élections législatives. » C’est du moins ce qu’estime le politologue tchèque Jiří Pehe. Voici son explication pour le journal en ligne Deník Referendum :

Jiří Pehe | Photo: Tomáš Roček,  ČRo

« La politique tchèque se trouve dans une drôle de situation. La confiance dans le gouvernement de Petr Fiala a atteint un niveau historiquement le plus bas, mais l’opposition n’en profite pas de manière significative. Bien que la cote du mouvement ANO ait légèrement augmenté, la plupart des personnes qui sont critiques à l’égard de la coalition gouvernementale ne considèrent ni le mouvement d'Andrej Babiš ni le parti populiste SPD de Tomio Okamura comme des alternatives crédibles. »

Cette situation devrait logiquement conduire à l’émergence d’une ou deux nouvelles formations politiques ou au renforcement de certains groupes politiques qui ne sont pas représentés au Parlement. Or, même si ce n’est pas encore le cas en Tchéquie, d’ici 2025, tout peut arriver en politique, comme l’observe le politologue:

« Ainsi, plusieurs scénarios sont possibles, le moins probable étant celui qui suppose que rien ne change dans la configuration actuelle de la scène politique tchèque. »

Un rappel de l’invasion de la Tchécoslovaquie d’août 1968 pas comme les autres

Notre société s’intéresse-t-elle encore à la date du 21 août 1968 ?, s’interrogeait l’éditorialiste du quotidien Lidové noviny en lien avec le 55ème anniversaire de l’occupation soviétique de la Tchécoslovaquie. Selon lui, de nombreuses personnes regardent cet événement de la même manière que les gens voyaient en 1973 la fondation de la Tchécoslovaquie en 1918. Il ajoute toutefois:

Août 1968 | Photo: Musée de la ville de Prague

« Même ceux qui perçoivent les événements d’août 1968 comme étant presque préhistoriques ne peuvent ignorer l’invasion russe en Ukraine qui dure depuis un an et demi. On voit effectivement se reproduire des choses que l’on croyait reléguées dans un passé lointain, comme la doctrine de la souveraineté limitée prônée par l’ancien leader soviétique Brejnev. Celle-là même qui a conduit à l’occupation militaire de la Tchécoslovaquie il y a 55 ans. La guerre en Ukraine révèle clairement qu’elle n’était pas une doctrine purement communiste, mais impérialiste. La volonté de Moscou de maintenir son empire et sa sphère d'influence reste effectivement la même. »

« Il ne s’agit pas cette fois d’une commémoration de routine de cet événement historique qui a étouffé le Printemps de Prague et montré que l’idée qu’un socialisme à visage humain puisse fonctionner sous l’empire russe était naïve. La guerre en Ukraine a donné une preuve marquante que cet empire, qu’il s’appelle Union soviétique ou Fédération  de Russie, demeure la même puissance agressive, désireuse de repousser ses frontières vers le sud et, surtout, vers l’ouest. »

Le niveau de vie des Tchèques en baisse

« Nous travaillons, mais nous devenons plus pauvres. Pourquoi les Tchèques connaissent-ils la plus forte chute de leur niveau de vie ? » s’inquiétait un texte publié dans le magazine Echo. Son auteure a écrit :

Photo illustrative: Ahsanjaya,  Pexels,  CC0 1.0

« Nous sommes plus pauvres et économiquement moins puissants que nous ne l’étions lorsque la pandémie de Covid-19. Nous sommes le seul pays de l’Union européenne à connaître cette situation. Paradoxalement, nous travaillons beaucoup plus. Plus précisément, nous sommes beaucoup plus nombreux à travailler qu’avant la pandémie, l’emploi atteignant des niveaux record. Nous sommes en effet un pays dont le taux de chômage est l’un des plus bas. Mais nous sommes également un pays où les salaires réels des gens ont le plus baissé. En même temps, nous sommes un pays qui connaît depuis des années l’un des taux d’inflation les plus élevés de toute l’Union européenne. Nous avons donc toutes ces choses à la fois. Des choses qui s’excluent d’ordinaire l’une l’autre. »

Comme l’indique l’éditorialiste du magazine, il s’agit de réfléchir aux causes de cette situation où un plus grand nombre de personnes actives réussit à créer moins de richesse :

« L’une des questions majeures est de savoir s’il n’y a pas trop de personnes qui font un travail peu productif. Ou si elles ne travaillent pas dans des domaines dont l’efficience est très faible ».

Stop aux agressions contre les Ukrainiens en Tchéquie

L’éditorialiste du journal en ligne forum24.cz revient sur l’attaque brutale survenue il y a quelques jours près de la ville de Plzeň contre deux jeunes femmes ukrainiennes dont l’une, grièvement blessée au visage, a dû être hospitalisée. Son ton est catégorique :

Photo illustrative: Michaela Danelová,  ČRo

« Ce n’est pas le premier cas. On connaît l’histoire du bizutage d’une écolière ukrainienne par des enfants tchèques. Les attaques verbales sur les réseaux sociaux sont en nette augmentation. Tout ceci témoigne d’une radicalisation significative d’une partie de la population tchèque et de l’augmentation de la haine envers des gens qui ont fui leur patrie agressée par la Russie et qui, dans notre pays, sont à nouveau confrontés à des agressions violentes. C’est une honte pour la société tchèque et nous devons agir immédiatement. C’est une question de principe pour les plus hauts représentants, pour les ministères de l’Intérieur et de la Justice, pour les procureurs et la police. Il est extrêmement dangereux que ces personnes que nous accueillons, qui méritent compassion, protection, aide et soutien, soient la cibles d’attaques. Ces manifestations agressives doivent cesser et il doit être clair que nous vivons dans un Etat de droit capable d’assurer la sécurité dans nos rues et de punir tous les crimes. »

« Les attaques contre les Ukrainiens menacent l’ensemble de la société tchèque », souligne en conclusion l’éditorialiste du journal forum24.cz.

En Tchéquie, l’accès aux forêts est libre, mais...

A en croire les données statistiques, les Tchèques ont cueilli l’an dernier dans les forêts des champignons et des fruits forestiers pour une valeur de près de 8 milliards de couronnes. Voilà ce que rapporte le journal Deník qui évoque également les problèmes qu’affrontent dans le pays les propriétaires de forêts :

«  Nombre d’entre eux se retrouvent sans revenus en raison de la prolifération du scolyte dans certaines forêts, pendant que l’Etat prévoit d’augmenter leurs taxes. Ils craignent que cette démarche ait un effet fatal sur leurs activités. L’accès aux forêts est libre en Tchéquie, mais les coûts d’entretien et les mesures visant à assurer la sécurité des visiteurs sont à la charge de leurs propriétaires. »

Photo illustrative: Štěpánka Budková,  Radio Prague Int.

En Tchéquie, 56 % des forêts appartiennent à l’Etat, les municipalités et les coopératives forestières en possédant 18 %. Les propriétaires privés représentent 26 %. A l’heure actuelle, comme l’indique Deník, les forêts tchèques souffrent de la présence de cueilleurs de champignons qui, souvent, ne s’y conduisent pas correctement. « Toutefois, réglementer l’accès aux forêts ou la cueillette des champignons est politiquement infaisable », écrit-il avant de remarquer :

« Les Tchèques considèrent le libre accès aux forêts comme une évidence. Or, il serait bon qu’ils apprécient davantage ce privilège et qu’ils réalisent que ce n’est pas courant partout. »