PSA et Toyota en Tchéquie

r_2100x1400_radio_praha.png

Deux grands groupes automobiles mondiaux, PSA Peugeot Citroën et Toyota, viennent de décider de construire une usine en Tchéquie. Des détails sur cet investissement par Alain Slivinsky.

Il s'agit du plus gros investissement étranger, sur le territoire de la République tchèque. PSA Citroën et Toyota négociaient, depuis un certain temps, avec l'agence gouvernementale, CzechInvest. Son directeur, Martin Jahn, déclarait, jeudi matin encore : « Les négociations sont entrées dans leur phase finale. En dehors de la ville de Kolin, en Tchéquie, des localités hongroise et polonaise étaient en jeu ». C'est chose faite : Les deux groupes automobiles viennent d'annoncer, officiellement, qu'ils construiront une usine dans la ville de Kolin, à une centaine de kilomètres de la capitale tchèque, Prague. Le montant de l'investissement est assez impressionnant - 1 milliard et demi d'euros ! Une bonne nouvelle pour la région qui subit les méfaits du chômage : la nouvelle usine devrait employer dans les 2000 personnes. Le ministre de l'Industrie et du Commerce, Miroslav Gregr s'en félicite, en déclarant : « Cet important investissement devrait attirer encore d'autres investisseurs étrangers, des sous-traitants dans la sphère de la production automobile ». Rappelons encore que la zone industrielle de la banlieue de Kolin, d'une superficie de plus de 200 hectares, était préparée pour l'usine automobile BMW. Cette dernière, en fin de compte, a donné la priorité à une ville de l'Est de l'Allemagne, Leipzig. Que va-t-on donc fabriquer à Kolin (un nom qui signifie Cologne en français) ? Le Français PSA Citroën et le Japonais Toyota comptent y produire 300 000 voitures par an. Les premières devraient quitter l'usine en 2005. Il s'agira de petites cylindrées qui devraient remplacer, sur le marché, les Toyota Yaris, les Citroën Saxo et les Peugeot 106. Ce sont des voitures plus petites que la Skoda Fabia, fabriquée non loin de Kolin, à Mlada Boleslav, mais leurs prix devraient être un fort atout dans la concurrence - elles devraient coûter dans les 7000 euros, sur le marché tchèque. Le chef de Skoda Auto, Vratislav Kulhanek, n'a pas peur de cette concurrence et affirme que Skoda ne compte aucunement produire une voiture meilleur marché.