Rapport sur les droits de l'homme

r_2100x1400_radio_praha.png

Le cabinet Milos Zeman s'est penché sur le rapport sur les droits de l'homme en Tchéquie au cours de l'année 2001. Selon le délégué gouvernemental aux droits de l'homme, Jan Jarab, il y a toujours trois domaines problématiques en ce qui concerne le respect des droits de l'homme en République tchèque - les failles de la justice, les soins insuffisants dans des établissements sociaux et la situation des étrangers.

Le cabinet Milos Zeman s'est penché sur le rapport sur les droits de l'homme en Tchéquie au cours de l'année 2001. Selon le délégué gouvernemental aux droits de l'homme, Jan Jarab, il y a toujours trois domaines problématiques en ce qui concerne le respect des droits de l'homme en République tchèque - les failles de la justice, les soins insuffisants dans des établissements sociaux et la situation des étrangers. Malgré une certaine amélioration, la procédure judiciaire en République tchèque est toujours trop longue, le durée de la détention préventive est de 150 à 160 jours en moyenne, la loi sur l'assistance juridique gratuite pour les personnes démunies est tout à fait insuffisante et devrait être amendée, les personnes âgées et les handicapés physiques et mentaux ne sont pas suffisamment protégés. Il reste donc beaucoup à faire. Cette critique ressemble, dans beaucoup de points, au rapport annuel du ministère des AE des Etats-Unis. Par contre, la Commission européenne a constaté des progrès dans la réforme de la justice tchèque.