Réactions tchèques aux présidentielles américaines

r_2100x1400_radio_praha.png

L'opinion publique et les milieux officiels tchèques ont suivi avec un grand intérêt les élections présidentielles aux Etats-Unis. Quelles sont les réactions à l'élection de George Bush ? Un sujet présenté par Alain Slivinsky.

Selon son porte-parole, Ladislav Spacek, le président de la République, Vaclav Havel, apprécie le fait que les Etats-Unis aient réussi, par la voie démocratique, et en respectant les traditions constitutionnelles, à surmonter une très difficile situation, après les présidentielles de novembre. Le Président apprécie aussi le bon sens du candidat démocratique Al Gore, qui a su accepter sa défaite et renoncer à continuer une bataille juridique. Vaclav Havel, bien que l'élection du président américain ne soit pas terminée, car elle doit être confirmée, le 18 décembre, par les électeurs, s'est félicité de la bonne coopération avec l'administration du Président Clinton. En effet, les huit dernières années furent des années-clé pour la République tchèque. Grâce à cette administration, la Tchéquie, la Hongrie et la Pologne ont rejoint l'OTAN.

De leur côté, les députés et les sénateurs tchèques sont d'accord sur le fait que la politique étrangère des Etats-Unis pourrait changer avec l'arrivée de l'administration républicaine. Ils pensent que George Bush donnera la priorité aux intérêts nationaux des Etats-Unis en adoptant une position plus réservée dans la question de l'engagement américain dans les opérations pacifiques à l'étranger. Michael Zantovsky, sénateur et ancien ambassadeur à Washington, est persuadé que la politique étrangère américaine aura le caractère de celle pratiquée par Henry Kissinger, quand il était ministre des Affaires étrangères.

Le Premier ministre, Milos Zeman, s'est refusé à commenter les présidentielles américaines. Le porte-parole du gouvernement, Libor Roucek, a simplement déclaré que le chef du gouvernement respectait la volonté des citoyens américains. Certains députés et sénateurs pensent que la Constitution des Etats-Unis pourrait être amendée en ce qui concerne ses passages sur les élections. Le sénateur Michael Zantovsky ne partage pas cette opinion. Il pense plutôt que les lois électorales dans les différents Etats, surtout en Floride, seront, elles, l'objet d'amendement.