Retro : un parfum d’ « ostalgie » sur la TV tchèque ?

r_2100x1400_radio_praha.png

La deuxième chaîne publique diffuse cette semaine le premier épisode d’une nouvelle émission intitulée Retro. Selon ces concepteurs, Retro est « un magazine sur les choses qui nous entouraient au temps du communisme ». Tous les objets typiques de la deuxième moitié du XXe siècle en Tchécoslovaquie vont être passés en revue.

La première édition de Retro, diffusée mercredi soir, est consacrée aux Céčka : aux petits « C » en français, des petits maillons en plastique qu’ont collectionné toute une génération d’enfants tchécolovaques dans les années 80 pour faire des chaînes les plus longues possibles. A l’époque, un « C » transparent s’échangeait contre cinq de couleur et un phosphorescent contre dix de couleur...

Alors un parfum d’ostalgie, cette nostalgie de l’Est symbolisée en Allemagne par le film Good Bye Lenin, à la télévision tchèque ? Non, selon l’un des concepteurs de l’émission, Jan Rozkošný :

« Je reviens d’Allemagne où j’ai vécu quelques temps et où flotte ce parfum d’ostalgie. On a pensé qu’on pourrait faire une émission qui pourrait rappeler les phénomènes du passé sans tomber dans la nostalgie sentimentale est-allemande. Pour observer ces choses avec un certain recul, en aucun cas les ridiculiser, mais les observer telles qu’elles étaient, telles qu’on s’en souvient aujourd’hui, et en mêmes temps quels étaient les problèmes liés à l’époque. »

Le design et la mode en Tchécoslovaquie de 1948 à 1989 : ce seront les thèmes essentiels abordés dans cette émission, mais pas seulement. La deuxième émission sera conscarée aux épiceries en libre-service (samoobsluhy) sous le communisme, puis il y aura le célèbre magasin Tuzex et les tristement célèbres changeurs au noir, les « veksláci », le mot « vekslák » étant étant dérivé de l’allemand « wechseln ».

Des premiers jeans au lait vendu dans des sachets en plastique : ceux qui l’ont vécu vont sûrement sourire ou verser une larme, et les plus jeunes découvrir ce qu’ils ne connaissent que par leurs aînés. Une autre émission sera consacrée aux pionniers, organisation de jeunesse communiste. La télévision publique ne craint-elle pas les réactions d’une partie du public qui pourrait y voir une apologie du régime précédent ? Réponse de Martina Vrbová présentatrice de Retro :

« Nous ne glorifions rien, nous ne faisons qu’appeler les choses par leur nom, les observons, les analysons. Il n’y a résolument pas de côté sentimental, on ne s’attendrit pas sur le fait que les pionniers ont existé, vraiment pas. »

L’émission Retro, c’est donc tous les mercredis à 22h sur CT2.