« Sa bougie n’en a plus pour longtemps à brûler »

r_2100x1400_radio_praha.png

Salut à tous les tchécophiles de Radio Prague – Ahoj vám všem, milovníkům češtiny Radia Praha ! Comme vous le savez, le week-end dernier a été marqué par les fêtes pascales. Ce dimanche s’achève donc la semaine de Pâques. Selon le calendrier liturgique sera célébré le deuxième dimanche de Pâques, ou premier dimanche après Pâques, appelé aussi le dimanche de Quasimodo. En tchèque, on parle de Bílá Neděle, soit littéralement de ‘Dimanche blanc’. Nous allons nous intéresser à cette appellation, mais aussi à ce que celle-ci nous rappelle : que la lumière est un des symboles de la fête de Pâques.

En français, cette appellation de Dimanche de Quasimodo, ou plus précisément de ‘Quasimodo geniti’, provient du latin. Ce dimanche doit son nom aux deux premiers mots de l’antienne latine du psaume de ce jour, soit les premiers mots du premier chant de la messe, de la prière d’introduction. Ce psaume vise l’octave de Pâques, le huitième jour après la fête, rappelle la résurrection et concerne les nouveaux baptisés, ‘ces enfants nouveaux-nés’. C’est une appellation toutefois un peu simplifiée puisque dans la liturgie, on parle plutôt de ‘Dimanche in albis’. Pourquoi ? Parce que c'était en ce jour que ces catéchumènes, c'est-à-dire les personnes qui avaient été instruites dans la foi chrétienne afin de recevoir le baptême, entraient dans l’église pour assister pour la première fois à la messe vêtus du vêtement blanc qu’ils avaient reçu après leur baptême. Cette tenue constitue un détail important car c’est elle qui nous amène à l’appellation employée de la langue tchèque de Bílá Neděle– Dimanche blanc. Les baptisés de Pâques se présentaient revêtus de l’aube qu’ils avaient reçue le dimanche précédent. Cette appellation de Dimanche blanc est d’ailleurs toujours également présente dans la langue allemande sous le nom de « Weisser Sonntag », en alsacien aussi avec « Wisser Sunda » et dans d’autres langues slaves que le tchèque.

Cette couleur blanche nous amène à un des symboles de Pâques : la lumière – světlo. L’occasion donc de présenter quelques expressions de la langue tchèque en rapport avec ce mot qui peut également désigner le jour. Ainsi, lorsque les Tchèques disent « je světlo » - soit traduit littéralement, « la lumière est », cela ne signifie pas forcément qu’il y a de la lumière dans une pièce ou dans un endroit en particulier, mais que le soleil s’est levé, qu’il fait jour, qu’une nouvelle journée commence. Notons qu’il s’agit là d’un sens que l’on retrouve aussi bien entendu en français, le mot « jour » pouvant signifier la clarté que le soleil répand sur la terre. On parle d’ailleurs de la ‘lumière du jour’ – denní světlo, même si, en tchèque, le mot « den » - le jour, ne possède pas ce sens de lumière que l’on connaît en français.

La grande majorité des expressions que l’on trouve dans la langue tchèque avec le mot « světlo » existent également en français. On parle ainsi, par exemple, et au hasard, de « se faire voir sous son vrai jour » - « ukázat se v pravém světle », d’observer quelque chose « à la lumière des derniers événements » - « ve světle posledních událostí », ou encore de « voir tout en rose » - « vidět všechno v přiznivém, růžovém světle ». Les exemples sont très nombreux et nous n’allons pas tous les citer, cela n’aurait guère de sens.

En revanche, il existe quelques autres expressions plus ou moins encore employées dans la langue tchèque, comme « nesnášet světlo » - « détester la lumière », ce qui veut dire que la personne en question a peur des autres ou n’a pas la conscience tranquille. Et puis terminons avec celle-ci, très jolie et imagée, dont nous avons trouvé trace mais qui n’est que peu ou pas employée : « ten nebude už dlouho světla pálit », que l’on pourrait traduire comme « sa bougie n’en a plus pour longtemps à brûler » et qui signifie que celui dont on parle n’en a plus pour longtemps à vivre, sera bientôt mort.

C’est ainsi que se referme ce « Tchèque du bout de la langue » consacré au Dimanche blanc – Bílá Neděle, deuxième dimanche de Pâques, et aux expressions de la langue tchèque relatives à un des symboles pascals, la lumière - světlo. En attendant de vous retrouver dès la semaine prochaine, portez-vous du mieux possible - mějte se co nejlíp !, portez la lumière du soleil printanier et de Pâques en vous - slunce v duši, salut et à bientôt - zatím ahoj !