Seize présidents d'Europe centrale et orientale réunis à Brno

r_2100x1400_radio_praha.png

Les présidents de seize pays d'Europe centrale et orientale se réunissent, jeudi soir, à Brno, en Moravie, pour un sommet de deux jours. Une rencontre annuelle désormais traditionnelle puisque celle-ci s'est tenue pour la première fois en 1994. Cette année, l'avenir de l'Europe centrale, ses problèmes, ses défis et son rôle au sein de l'Union européenne seront les principaux thèmes abordés par les différents chefs d'Etat.

Brno, photo: CTK
Depuis la visite de la reine d'Angleterre, il y a onze ans de cela, Brno n'avait plus accueilli un événement d'une telle ampleur. La deuxième ville du pays avec ses 400 000 habitants s'est donc dépêchée de se refaire une toilette pour accueillir la 14e Rencontre des présidents des Etats d'Europe centrale. Certains travaux de rénovation dans le centre historique ont ainsi été accélérés pour donner la meilleure image possible à la centaine de journalistes étrangers qui couvrent l'événement et donner raison au président de la République, Vaclav Klaus, d'avoir choisi la capitale morave plutôt que Prague :

Vaclav Klaus, photo: CTK
« Prague est habituée aux manifestations de toutes sortes. Elle accueille régulièrement des invités de marque, comme par exemple le président Bush dans deux semaines. J'ai donc eu le sentiment qu'il convenait d'offrir la chance d'accueillir ce sommet à une autre ville du pays. Mais lors de l'organisation, nous nous sommes rendus compte que seuls Brno et Karlovy Vary disposaient de dix-huit appartements susceptibles d'accueillir un chef d'Etat. C'est pourquoi nous avons choisi Brno pour que ses habitants et ceux de la Moravie puissent se mettre en valeur. »

Même si les présidents allemand et slovène se sont excusés, et que la Grèce et la Turquie n'ont pas pu répondre favorablement à l'invitation de Vaclav Klaus, il n'en reste pas moins que l'Albanie, la Bulgarie, la Bosnie-Herzégovine, le Monténégro, la Croatie, l'Italie, la Hongrie, la Macédoine, la Moldavie, la Pologne, l'Autriche, la Roumanie, la Slovaquie, la Serbie et l'Ukraine seront tout de même bien présents à Brno. Autant d'éléments de la mosaïque politique et culturelle qui constitue le continent européen, mais dont certains pays sont parfois oubliés et avec lesquels d'intenses relations, tant diplomatiques qu'économiques ou culturelles, ne sont pas toujours entretenues. C'est justement sur ce point qu'a insisté le président tchèque avant le début des officialités :

« Le caractère exceptionnel de ce rassemblement est vraiment très important de par les personnes et les pays présents. Je considère ce sommet comme un événement marquant et intéressant à plus d'un point, car il permet, entre autres, de s'entretenir avec certains présidents que vous n'avez encore jamais eu l'occasion de rencontrer et que vous ne rencontrez pas fréquemment lors des réunions européennes courantes. C'est également un excellent moyen de gagner beaucoup de temps et d'économiser un nombre important de voyages à l'étranger. »

La tradition qu'est devenue cette rencontre des chefs d'Etats de la région d'Europe centrale a vu le jour en 1993 à Salzbourg. Un an plus tard, sept présidents avaient pris part au premier sommet organisé à Litomysl, en Bohême de l'Est, pour en arriver finalement à un total de dix-huit pays qui dépassent désormais le cadre de l'Europe centrale.