Soins palliatifs en Tchéquie

r_2100x1400_radio_praha.png

En République tchèque, il existe cinq établissements de soins palliatifs. Le sixième sera ouvert le 2 février à Litomerice, au nord de la Bohême. Information par Magdalena Segertova.

Sous l'ancien régime, non seulement l'euthanasie, mais aussi la mort en tant que telle faisait partie des tabous. Pour une personne gravement malade, il n'y avait pas d'autre possibilité que de finir sa vie à l'hôpital, où on n'avait, en général, pas le temps de s'occuper particulièrement d'elle. Heureusement, la situation a changé en mieux. En Tchéquie, comme partout dans le monde civilisé, les malades peuvent passer les derniers jours de leur vie terrestre dans un milieu calme, agréable, où les religieuses, les infirmières et les médecins essayent de rendre la mort la plus humaine possible, d'apaiser la douleur et la souffrance psychique. Actuellement, 150 places sont disponibles dans les cinq établissements de soins palliatifs tchèques, le sixième centre disposera de 26 lits. Or, selon les spécialistes, ce nombre est absolument insuffisant. Ce n'est pas le seul problème auquel les médecins, les malades et leurs familles sont confrontés : il manque du personnel qualifié, qui procurerait aux malades des soins à domicile, les médecins ne sont souvent pas suffisamment formés en traitement de la douleur et, enfin, la loi ne permet pas aux proches du malade de rester près de lui, à la maison, et de toucher, pendant ce temps-là, des congés de maladie. Malgré tout cela, une chose est claire : en République tchèque, un accompagnement à l'approche de la mort n'est plus vraiment une nouveauté.

Auteur: Magdalena Segertová
lancer la lecture