Spécial Elections

Photo: CTK
0:00
/
0:00

Tout notre programme sera entièrement consacré aux élections législatives qui ont eu lieu ces vendredi et samedi en République tchèques et dont on semble connaître désormais le vainqueur, bien que les chiffres définitifs et leurs résultats officiels ne soient pas encore connus. Les Tchèques, soit près huit millions d'électeurs sur dix millions d'habitants, ont été appelés à renouveler les 200 sièges de la Chambre des députés et à dire quel gouvernement ils aimeraient avoir durant les quatre prochaines années. Les tenants et les aboutissants de ces élections, des réactions des camps des vainqueurs et des perdants, des commentaires de politologues et de journalistes - voilà tout ce que l'on vous propose dans les minutes suivantes.

Photo: CTK
Selon les résultats quasi définitifs, c'est le Parti civique démocrate qui semble avoir remporté la victoire. Les réactions de Miroslava Nemcova, sa vice-présidente.

« Cela fait déjà plusieurs fois que je participe aux élections et jusqu'à présent, habituellement, le résultat final a toujours correspondu aux premières estimations annoncées à la fermeture des bureaux de vote. Ce qui veut dire que si notre score final reste celui qui a été annoncé, je serais forcément très satisfaite. Bien entendu, des corrections sont encore possibles, mais je n'y crois pas vraiment. Je pense que la différence entre notre parti, l'ODS, et la social-démocratie restera identique à peu de choses près. 35% des suffrages est un résultat conforme à ce que nous espérions et envisagions. Personnellement, c'est ce que j'avais pronostiqué. D'un autre côté, je pensais que la social-démocratie ne ferait pas un si bon score et serait en dessous des 30%, je dois avouer que cela me surprend également. Oui, je suis surprise que la corruption et les relations qu'entretiennent certains membres sociaux-démocrates du gouvernement avec la mafia ne dérangent pas une partie plus importante de la population. Je dois dire que c'est une chose qui doit attirer notre attention et nous interpeller. »

Les sociaux-démocrates qui ont gouverné le pays pendant huit ans, sont les grands perdants. La joie n'était pas au rendez-vous, ce samedi après-midi, dans leur siège au Lidovy dum, au centre de Prague.

Bohuslav Sobotka et Jiri Paroubek, photo: CTK
Le ministre des Finances, Bohuslav Sobotka : « Le plus important pour nous est que nous ayons réussi à moderniser l'économie nationale. La croissance économique est aujourd'hui beaucoup plus forte qu'il y a 4 ans. L'économie et le niveau de vie ont commencé à s'approcher plus rapidement du niveau des pays membres de l'Union européenne. »

Quelles seraient les priorités de la social-démocratie pour les prochaines 4 années si elle venait à rejoindre l'opposition ?

« Si la social-démocratie était dans l'opposition, elle se concentrerait sur la défense d'un Etat social et sur une opposition aux expérimentations de l'ODS. Quel que soit le prochain gouvernement, je pense que le plus important sera que tous les partis au travers de l'éventail politique se mettent d'accord sur la réforme des pensions retraite, sur la limitation de la bureaucratie et sur une simplification du système fiscal. »

Les premiers résultats ont montré que les électeurs de la social-démocratie se recrutaient notamment parmi les habitants des petites villes et à la campagne, ce que Bohuslav Sobotka confirme :

« Il s'est avéré, effectivement, que la social-démocratie a gagné dans les petites villes et à la campagne. Je pense qu'il y a une grande différence entre la campagne et les plus grandes villes en République tchèque... »

Mirek Topolanek, photo: CTK
Comme on pouvait s'y attendre, le vainqueur des élections qui est le Parti civique démocrate, n'a pas obtenu la majorité absolue. Un gouvernement minoritaire ou un cabinet de coalition ? L'obligation de nouer des alliances se présentant comme une alternative des plus probables, un rôle assez important revient donc aux autres partis qui ont franchi la barre de cinq pour cent et qui seront donc représentés au Parlement... MS a suivi les réactions des représentants du parti des Verts, le nouveau venu parmi les partis parlementaires. Le parti qui remporte ainsi un succès historique.

Jiri Dedecek : « Je suis très content, presque heureux ! Au mois de janvier, par exemple, personne ne s'attendait à un tel résultat. Tout le monde est content ici. Je pense qu'un changement est nécessaire : cela fait huit ans que les sociaux-démocrates sont au pouvoir et les résultats de leur politique ne sont pas bons. »

Jiri Dedecek
Quels sont, d'après vous, les scénarios possibles de la composition du nouveau gouvernement ?

« Personnellement, je pense que les Verts devraient plutôt rester à l'opposition. »

Les chrétiens-démocrates ont un électorat fidèle qui se recrute en particulier en Moravie du sud. Sont-ils satisfaits des résultats partiels obtenus ? Cyril Svoboda, ministre des Affaires étrangères :

« Je suis surpris par deux faits : par le taux de participation très élevé et par le score de la social-démocratie. L'ambiance dans le pays est nettement plus favorable à l'ODS. Quant à mon parti, le résultat atteint n'est pas vraiment positif, nous avons perdu plusieurs mandats... Mais il est tout à fait possible que nous formions une coalition avec l'ODS qui a besoin de deux partenaires. »

Les résultats situent en cinquième position le parti communiste.

Miroslav Ransdorf, photo: CTK
Quel sera le rôle du Parti communiste après les élections? Ses possibilités de créer une coalition avec un autre parti sont pratiquement nulles. Miroslav Ransdorf, eurodéputé et représentant du Parti communiste, est d'un autre avis : « C'est exagéré parce que notre partenaire est le public, ce sont les citoyens. Quand on fait la comparaison entre la République tchèque et la Slovaquie, leur ligne de départ a été quasiment identique après la partition de la Fédération tchécoslovaque en 1993. Aujourd'hui, la différence entre les deux pays est aussi influencée par le fait que dans notre pays il y a des communistes, donc une force importante. Les sociaux-démocrates et la droite n'ont pas la possibilité de lancer une ligne politique comparable à celle adoptée, par exemple, en Pologne ou en Slovaquie. Chez nous, le parti communiste est un frein, on peut dire, à cette politique conservatrice. »

L'eurodéputé Jarmir Kohlicek, membre du Parti communiste, va encore plus loin. Il estime que le programme de son parti est même assez proche de celui des autres formations sur l'échiquier politique tchèque: « Si vous comparez le programme des communistes avec ceux des sociaux-démocrates et des démocrates-chrétiens, et même avec une partie du programme des Verts, on y trouve beaucoup de points communs. Avec les sociaux-démocrates cette proximité peut être évaluée à 70 %. Avec les démocrates chrétiens à 45-50 % et avec les Verts à 40-50 %. C'est à dire qu'il y a une possibilité, il y a le potentiel pour une solution commune aux tâches que la Chambre des députés doit régler. Mais le Parti civique démocrate, les chrétiens-démocrates et les Verts ont dit : « Jamais avec les communistes ». Il y a donc la possibilité d'une quasi-coalition, d'un soutien des communistes pour un gouvernement minoritaire des sociaux-démocrates. Et c'est notre tâche. »

Ajoutons que la carte de l'épouvantail communiste a été celle que le Parti civique démocrate a largement utilisée, avant les élections, pour convaincre les électeurs tchèques à ne pas voter les sociaux-démocrates.

Quelque 5 000 Tchèques, soit 2000 de plus que lors des dernières élections législatives se sont rendus aux urnes au quatre coins du monde... Prenons la direction de Luxembourg : 64 Tchèques précisément y ont voté, la capitale du Grand-Duché dénombrant, deux ans après l'élargissement de l'UE, plusieurs centaines de Tchèques. Parmi eux, la jeune traductrice et politologue Kristyna Kazdova qui travaille, depuis un an, à la Cour des comptes européenne de Luxembourg :

« Moi-même, j'ai voté vendredi après-midi. Au bureau de vote, à l'ambassade de République tchèque, il y avait quatre autres électeurs, plus quatre représentants de l'ambassade qui nous ont expliqué les modalités de vote. Une soixantaine de Tchèques se sont inscrits aux élections ici, mais il y en a d'autres qui sont partis voter en République tchèque, car nous avons un week-end prolongé. Sinon, nous suivons l'évolution politique de près et nous en discutons, bien qu'il soit assez difficile d'être au courant de tout : ici, à Luxembourg, nous avons peu de possibilités d'acheter des journaux et magazines tchèques et de capter, par satellite les programmes de la télévision tchèque. Moi-même, j'ai voté pour les Verts, je souhaite un changement de fond à la tête du pays. »

Ecoutons aussi Jiri Slavicek qui a suivi le déroulement du vote à Paris.

Même si selon la constitution tchèque, le président de la République ne dispose que de pouvoirs restreints, Vaclav Klaus aura le mot de la fin concernant la nomination du futur Premier ministre. Que représente le résultat de ces élections pour le chef de l'Etat ? Une réponse du politologue Jiri Pehe au micro d'AR : « Je pense que les résultats, s'ils sont une bonne nouvelle pour l'ODS, peuvent être une mauvaise nouvelle pour le président Klaus. Car si les Verts font leur entrée au Parlement, alors il y aura trois partis « anti-Klaus », les communistes, les sociaux-démocrates et les verts. Tous ces partis ont indiqué qu'il ne souhait pas voir Vaclav Klaus réélu, et ils disposent désormais d'une majorité importante. »

Les élections législatives 2006 sont les premières qui ont lieu dans le pays depuis sont entrée dans l'Union européenne. Pourtant, les thèmes européens ont été rarement évoqués lors de la campagne électorale. Une explication de la journaliste française, Christine Dupré.

« Non, on en parle pas, on estime que ça y est, que c'est un acquis, qu'on est dedans, que le référendum est passé, que l'Union européenne est en panne en plus, donc ce n'est pas ça qui va tellement intéresser les gens. »

A l'issue de ces élections, la position de la République tchèque à l'égard de l'Union européenne risque-t-elle de changer ? Une réponse de Vladimira Dvorakova, politologue :

« Je pense que rien ne peut changer au fait que nous sommes membres de l'Union européenne et que nous devons respecter les engagements qui en découlent. Mais notre rapport à l'égard de l'Union peut changer du fait que les deux principaux partis, le parti social-démocrate et l'ODS, ont des regards différents sur le futur fonctionnement de l'Union européenne. Et il s'agit là d'un thème qui sera prédominant au cours des quatre prochaines années, car après le rejet de la Constitution européenne, l'Europe cherchera à trouver une solution. Il est naturel que gouvernement qui sera issu de ces élections devra prendre à cet égard une position claire. Force est de constater que la question de l'Union européenne n'a pas été très présente dans la campagne électorale. C'est dû peut-être aussi au fait que l'on attend une impulsion de l'Union européenne elle-même pour savoir quelle sera l'orientation future de l'Union européenne. Dans cette logique, aucun des grands partis n'a spécifié les démarches et les procédures à venir ».

Lukas Macek est politologue tchèque, fixé à Dijon : « Il n'y a pas vraiment de surprise. A la limite, je suis même surpris qu'il n'y ait pas de surprise. Je m'attendais plutôt à ce que les sondages soient un peu moins exacts et à quelque chose plus serré entre les deux grands partis. Je ne m'attendais à ce qu'ils obtiennent de tels résultats, mais plutôt qu'ils se situent entre 30 et 32% et que les autres partis en profitent. Or, là, on sent une forte bipolarisation : c'est à la fois le meilleur score de l'histoire pour l'ODS aux législatives, mais en même temps c'est aussi le meilleur score pour le deuxième. Jusqu'ici, en général, le parti qui gagnait avait autour de 33% des suffrages et celui derrière lui obtenait environ 30% ou un peu moins. Cette bipolarisation a donc joué en défaveur des autres partis. L'autre grande nouveauté est que pour la première fois depuis 1992 il n'y a qu'un seul parti de droite. L'ODS a obtenu ce qu'il a toujours recherché, à savoir devenir le parti hégémonique à droite. En même temps, il n'est pas encore certain qu'ils auront la possibilité de mettre en place une majorité. Le renforcement des deux partis les plus importants et l'ODS qui domine et devient le seul acteur à droite sont les deux principaux enseignements que l'on peut retirer de ce scrutin. »

Photo: CTK
-Désormais, selon vous, que peut-on attendre des négociations pour la formation d'une coalition entre l'ODS, le KDU-CSl et le parti des Verts ?

« A mon avis, l'acteur le plus fort maintenant sur la scène politique tchèque va désormais être le président de la République. Il en est toujours ainsi après les élections. C'est l'un des rares moments où il joue un rôle important, car c'est lui seul qui peut désigner la première personnalité qui va tenter de construire un gouvernement et de négocier avec tous les partis présents au Parlement. De ce point de vue-là et dans la situation actuelle, je m'attends à ce que M. Klaus favorise une grande coalition et recherche des politiciens de l'ODS pas trop controversés pour négocier avec succès la mise en place d'une telle coalition. »