‘Sur les bords du Nil’, une exposition originale sur l’Egypte antique

/c/muzea/narodni_muzeum/naprstkovo_muzeum_na_brezich_nilu.jpg

Depuis le 24 juillet, le musée Náprstek a rouvert au public l’exposition ‘Sur les bords du Nil’. Présentant des objets datant de l’Egypte antique, cette exposition a su se démarquer.

L'exposition 'Sur les bords du Nil', photo: Musée national

Bien que les expositions sur l’Egypte Antique soient courantes, celle-ci se différencie par sa démarche. En effet, si le but est évidemment de présenter au public des objets, ces derniers offrent toutefois des aperçus de la vie en Egypte antique souvent ignorés par le grand public. Vlastimil Vrtal est archéologue, égyptologue mais aussi commissaire de l’exposition :

« L’idée était de présenter au public une exposition originale en présentant des objets auxquels les gens ne penseraient pas lorsqu’ils réfléchissent à l’Egypte Antique, nous voulions montrer l’environnement naturel de la vallée du Nil, la façon dont cet environnement a impacté leur civilisation, comment ils vivaient, comment ils l’utilisaient, et comment cela a pu former leurs croyances religieuses, comme leur croyance dans la vie après la mort. »

L'exposition 'Sur les bords du Nil', photo: Musée national

Certains objets sont exposés pour la première fois. Ils viennent des collections tchèques mais aussi de collections étrangères, comme la Société Nationale des Antiquités et des Musées du Soudan. Organisée en trois grandes parties, Vlastimil Vrtal nous a décrit les thèmes abordés par l’exposition.

« Il y a en fait plus de trois sections mais disons qu’il y a trois grande parties au sein de cette exposition. Nous abordons le cosmos dans l’Egypte antique, comme le soleil qui est un phénomène mythologique. Nous abordons la nature inanimée, le fleuve du Nil est un phénomène important pour les habitants de la vallée du Nil mais pour l’Egypte antique dans son ensemble. Une large partie de l’exposition est consacrée aux animaux, qu’ils soient marins, terrestres ou aériens. Nous avons aussi dédié une partie aux fleurs, plantes, et arbres, à la façon dont ils étaient utilisés dans la vie quotidienne et perçus symboliquement. On peut observer l’artisanat et la façon dont les ressources naturelles étaient utilisées. »

L'exposition 'Sur les bords du Nil', photo: Musée national

Des paniers, des outils, et des bijoux sont exposés afin d’introduire la transformation de matériaux naturels, ainsi que de produits animaux et végétaux. Dans la seconde partie,  nous pouvons lire l’histoire d’un scribe nommé Dua-Khéty qui navigue sur le Nil, accompagnant son fils à une école de scribe. Cette histoire vient du texte intitulé ‘L‘enseignement de Khéty’, un texte extrêmement bien préservé puisque les élèves devaient le recopier afin d’apprendre l’importance de la religion. Il décrit la difficulté des travaux manuels, et c’est pourquoi le père encourage son fils à devenir scribe.

L'exposition 'Sur les bords du Nil', photo: Musée national

« Nous avons choisi cette histoire car nous voulions montrer comment les matériaux naturels étaient utilisés, professions variées et comment elles étaient perçues par les égyptiens eux-mêmes. »

Des illustrations peintes sur les murs accompagnent les objets présentés, elles sont tirées du livre ‘Monuments de l'Égypte et de la Nubie’ écrit par l’égyptologue Ippolito Rosellini en 1832.

« Une grande partie de nos collections comprennent des objets apportés en République tchèque par des membres de la maison des Habsbourg-Lorraine, et un des membres de cette famille, Léopold II, a cofinancé le voyage d’Ippolito Rosellini et de Jean-François Champollion en Egypte. Et après cette expédition, il y eu la réalisation de ce livre. »

L'exposition 'Sur les bords du Nil', photo: Musée national

La dernière salle s’ouvre sur un sarcophage décoré de peintures représentant des scènes de la vie après la mort. Des plantes mais également des animaux y sont dessinés comme symboles de protection.

« Le sarcophage est décoré de figures religieuses, de divers symboles qui incluent des éléments de la nature de l’ancienne Egypte. Arrivés ici, c’est-à-dire à la fin de l’exposition, les visiteurs sauront ce que veulent dire ces symboles. »

Cette expo au musée Náprstek, musée d'art asiatique, africain et amérindien, est ouverte jusqu’au 10 janvier 2021.

https://www.nm.cz/en/program/exhibitions/on-the-banks-of-the-nile