Tábor, une cité modèle hussite fondée il y a 600 ans

Žižkovo náměstí v Táboře

Deuxième ville de la région de Bohême du Sud, Tábor a une histoire particulière : elle a été fondée en 1420, probablement à la fin du mois de mars, par les disciples du réformateur Jan Hus. Bien que perturbées par l’épidémie de coronavirus, les célébrations des 600 ans de la ville hussite devraient se dérouler dès que possible : des centaines d’événements ont été préparés pour l’occasion, dont des reconstitutions historiques, les sorties d’un film et d’un livre, ou encore des expositions, spectacles et concerts.

Tábor en 1620, source: Martin Zeiller / Matthäus Merian, Topographia Bohemiae, Moraviae Et Silesiae, public domain

Tábor, photo: Barbora Němcová
Le chant hussite intitulé « Vous qui êtes les combattants de Dieu », date bien de l’époque des guerres hussites, cette période glorieuse de l'histoire militaire tchèque. Or la mélodie a été immortalisée bien plus tard, à la fin du XIXe siècle, par le compositeur Bedřich Smetana qui en a fait le leitmotiv de son poème symphonique Tábor, inclu dans le célèbre cycle Ma Patrie.

Tábor, qui est aujourd’hui une pittoresque ville historique de 34 000 habitants, a été fondée, en tant que cité modèle hussite, dans un contexte dramatique. Cinq ans après la mort du réformateur Jan Hus, jugé coupable d’hérésie et brûlé vif à Constance en juillet 1415, les hussites ont pillé leur ancien fief d’Ústí nad Lužnicí (aujourd’hui Sezimovo Ústí) d’où ils avaient été chassés par un seigneur catholique.

Musée hussite de Tábor, photo: Zdeňka Kuchyňová
Les partisans de Jan Hus ont alors décidé de fonder, à proximité de la commune détruite, une ville nouvelle. Sur un promontoire qui surplombe la rivière Lužnice, ils ont d’abord bâti une forteresse appelée Tábor, en référence à la montagne biblique de Thabor, le lieu de la Transfiguration. Un nom symbolique, comme l’explique Jakub Smrčka, historien et directeur du Musée hussite de Tábor :

« Il existe plusieurs ‘monts Tábor’ sur le territoire tchèque. Dans les années qui ont précédé la fondation de la ville hussite, les prêcheurs réformistes rassemblaient des gens un peu partout à la campagne : ces rassemblements se déroulaient hors des habitations, sur des collines qui ont souvent été appelées ‘mont Tábor’. Ce n’était pas uniquement un nom géographique : ce nom représente tout ce courant réformiste radical, toute cette communauté hussite qui voulait rejoindre le Christ, former à ses côtés une armée qui l’emporterait sur le mal, sur l’antéchrist. »

Tábor, photo: Miloš Turek

La statue de Jan Žižka, sept fontaines, plusieurs places et… un musée du chocolat

La statue de Jan Žižka, photo: Barbora Němcová
Sur la place centrale de Tábor on trouve, sans surprise, un monument à Jan Žižka de Trocnov, personnage emblématique du mouvement hussite. Grâce à la tactique militaire inédite inventée par ce chef de guerre, consistant à s’abriter derrière des chariots de ferme, les hussites tchèques sont arrivés à résister pendant des années à l’armée impériale. Ils ont remporté un premier succès avec cette tactique appelée Wagenburg en allemand lors de la bataille de Sudoměř, qui s’est déroulée il y a 600 ans, le 25 mars 1420. Sur le site du champ de bataille, situé à proximité de la ville de Strakonice, a été érigé, en 1925, une statue en hommage à Jan Žižka de 16 mètres de haut.

Tábor, photo: Barbora Němcová
En mai 1434, dix ans après la mort de Jan Žižka, la bataille de Lipany, non loin de Prague, voit la victoire des hussites modérés sur les radicaux et la paix retrouvée dans le royaume de Bohême. Tábor est alors élevée au rang de ville royale par un décret du roi Sigismond de Luxembourg.

La ville historique, située à 80 km au sud de Prague, mérite le détour : on peut y admirer des maisons et autres monuments gothiques, Renaissance et baroques, sans oublier un réseau de galeries souterraines, les sept fontaines de la ville, dont les plus anciennes datent du XVIe siècle, les fortifications hussites, le site de pèlerinage de Klokoty ou encore le lac Jordán, l'étang le plus vieux de Bohême, mais aussi probablement de toute l’Europe centrale.

Les amateurs d’histoire se régaleront au Musée hussite qui abrite plus de 450 000 objets, tandis que les gourmands trouveront leur bonheur au Musée du chocolat et de la pâte d’amande, ouvert il y a quelques années dans les locaux de trois maisons historiques du centre-ville. Les visiteurs peuvent notamment découvrir une réplique de la ville historique toute en pâte d’amande et en chocolat et même modeler leurs propres gâteaux et friandises.

https://www.visittabor.eu/homepage http://www.husitskemuzeum.cz/en/

https://www.cokomuzeum.cz/

Musée du chocolat, photo: Zdeňka Kuchyňová
10
49.414161700000
14.657792100000
default
49.414161700000
14.657792100000