Tennis : 2020, enfin la bonne année pour Karolína Plíšková en Grand Chelem ?

Karolína Plíšková, foto: ČTK/AP/Tertius Pickard

Karolína Plíšková a commencé la nouvelle saison comme la précédente en 2019 : par un titre à l’Open de Brisbane. En plus de renforcer son statut de numéro 2 mondiale, ce succès permettra à la Tchèque d’aborder l’Open d’Australie, qui s’ouvrira lundi prochain, avec ambition. Car cette année, à bientôt déjà 28 ans, elle entend bien enfin remporter le premier tournoi du Grand Chelem de sa carrière.

Karolína Plíšková, photo: AP Photo/Tertius Pickard

Pour la première fois de sa carrière, Karolína Plíšková a conservé un titre sur le circuit WTA. Déjà vainqueur à Brisbane la saison dernière, la Tchèque a battu l’Américaine Madison Keys en finale de l’édition 2020, dimanche, en trois sets (6-4, 4-6, 7-5), pour son premier tournoi de la saison.

Plíšková a remporté le tournoi de Brisbane pour la troisième fois de sa carrière, après un premier succès en 2017. Il s’agit également du 16e titre de sa carrière sur le circuit WTA, mais à ses yeux, ce n’est pas l’essentiel :

« Plus que de remporter un tournoi, je pense que c’est de conserver le titre qui est plus spécial, car cela ne m’était encore jamais arrivé dans ma carrière. Défendre un titre est toujours plus compliqué. Je n’ai peut-être pas aussi bien joué ici que l’année dernière, mais je me suis toujours accrochée pour aller chercher les victoires. Cet état d’esprit est important. J’ai battu de très bonnes joueuses et je n’ai pas eu de match vraiment facile. C’est donc un début de saison idéal. »

Karolína Plíšková, photo: AP Photo/Tertius Pickard
Ce titre, obtenu après avoir aussi battu notamment la Japonaise Naomi Osaka, 4e mondiale, dans une demi-finale très accrochée en trois sets (6-7, 7-6, 6-2) au cours de laquelle elle a sauvé une balle de match, conforte ainsi la place de n° 2 mondiale de Plíšková, qui est assurée de démarrer l’Open d’Australie, qui sera le premier Grand Chelem de la saison, avec le statut de tête de série n° 2. Pour la Tchèque, Melbourne constituera le premier grand rendez-vous de la saison :

« Je ne peux maintenant plus avoir d’autre ambition que de gagner un Grand Chelem. Ce sera mon principal objectif pour les saisons à venir. Je fais vraiment le maximum pour y parvenir. Tout le monde le sait. C’est ce que je veux, je mets tous les moyens en œuvre pour cela et mon entourage le sait. C’est une phrase que je vais répéter souvent, car c’est la priorité. »

La valse des entraîneurs

Une nouvelle fois, et malgré quatre titres remportés en 2019, Karolína Plíšková a engagé un nouvel entraîneur, le Vénézuélien Daniel Vallverdu ayant succédé à ses côtés à l’Espagnole Conchita Martinez :

« Je change d’entraîneur chaque saison ou presque ces dernières années et j’ai le sentiment d’avoir toujours plus ou moins le même niveau de jeu. Je ne pense pas que ce soit un facteur décisif, c’est d’abord moi qui suis sur le court et dois jouer de façon à gagner. Mais j’essaie, car chaque entraîneur a ses propres méthodes de travail et peut-être qu’une autre me conviendra mieux. Il faut aussi savoir sortir de sa zone de confort. Parfois, il s’agit simplement de trouver les mots justes. Et si je n’arrive pas encore à gagner de Grand Chelem cette saison, je ne dis pas que je changerai d’entraîneur l’année prochaine, mais il y aura d’autres chances la saison prochaine. »

Petra Kvitová, photo: AP Photo/Tertius Pickard
Ne serait-ce que dans le tableau féminin, Karolína Plíšková ne sera pas la seule chance tchèque de réussite à l’Open d’Australie. Finaliste de l’édition 2019 à Melbourne, Petra Kvitová a elle aussi plutôt bien démarré la saison, seulement éliminée en demi-finales à Brisbane, défaite par l’Américaine Madison Keys en trois sets (6-3, 2-6, 3-6). Et puis ce début d’année 2020 est aussi marqué par le grand retour à la compétition de Markéta Vondroušová. Longtemps souffrante d’un poignet dont elle a été opérée en septembre dernier, la finaliste du dernier Roland-Garros dispute cette semaine à Adélaïde son premier match depuis l’été dernier.