Transport ferroviaire : České dráhy réfléchit à l’acquisition de ses concurrents privés

Photo: PetrS., CC BY-SA 3.0

La société tchèque des chemins de fer České dráhy réfléchit à la possibilité d’acquérir ses deux principaux concurrents sur le marché tchèque, les transporteurs privés Leo Express et RegioJet. L’information est parue ce mardi dans le quotidien Lidové noviny, qui publie un entretien avec le directeur général de la société d’Etat Pavel Krtek.

Photo: PetrS., CC BY-SA 3.0
L’affaire est cependant loin d’être conclue. « A cette étape, nous souhaitons déterminer les conditions auxquelles il serait possible d’acheter les deux entreprises ou l’une d’entre elles », a expliqué Pavel Krtek, qui dirige České dráhy depuis l’année 2014. Selon lui, le risque existe que ce soit des investisseurs chinois qui se portent acquéreurs des deux transporteurs privés.

Si la société publique tchèque parvenait à trouver un accord pour prendre le contrôle des deux entreprises, les autorités tchèques et européennes en charge des questions de concurrence auraient encore leur mot à dire. Elles pourraient refuser la transaction ou bien contraindre la firme České dráhy à se séparer de certains de ses actifs. « Je ne peux fournir de détails », a indiqué Pavel Krtek, pour qui les démarches en vue d’une éventuelle acquisition ne coûtent rien.

D’après Lidové noviny, il s’agirait pour la société publique de trouver un moyen d’affaiblir la concurrence alors que ses contrats de dix ans avec les régions et pour les lignes à grande vitesse arrivent à expiration à la fin de l’année prochaine. Il faudra donc les renégocier et les transporteurs privés pourraient alors tirer leur épingle du jeu.

Radim Jančura, le propriétaire de RegioJet, qui opère surtout entre Prague et Ostrava, a exclu à plusieurs reprises de vendre sa firme. C’est moins clair pour Leo Express, société pour laquelle les Chemins de fer fédéraux autrichiens ÖBB, mais aussi la Deutsche Bahn, auraient exprimé un intérêt. D’après Emil Sedlařík, l’entreprise LeoExpress, concentrée sur ses projets de développement en Pologne et en Allemagne, n’aurait pas de temps à perdre avec de telles spéculations.