Transports ferroviaire : vers une modernisation de la ligne Prague – Ostrava

Photo: Phil Richards, CC BY-SA 2.0 Generic

Avant d’envisager un train à grande vitesse en République tchèque, il convient de moderniser la ligne qui relie actuellement Prague à Ostrava, la métropole de Moravie-Silésie. C’est ce qu’a affirmé Václav John, de l’Administration des voies de chemin de fer (SŽDC), à l’occasion d’un forum organisé ce jeudi dans la capitale tchèque sur les lignes à grande vitesse, des propos rapportés par l’agence de presse ČTK.

Photo: Phil Richards, CC BY-SA 2.0 Generic
« Augmenter la vitesse sur la ligne entre Prague et Ostrava est quelque chose qui peut être fait très rapidement », affirme M. John. Il s’agirait de porter la vitesse de 160 km/h actuellement à 200 km/h.

Selon lui, cela permettrait également de résoudre certaines difficultés liées à la sécurité sur cette ligne avec de nouveaux passages à niveau. Un débat qui fait rage depuis l’été 2015 suite à l’accident, à l’un de ces croisements, d’un train de type Pendolina, les plus rapides en circulation en République tchèque, avec un camion. Cet accident avait fait deux victimes et blessé treize personnes.

S’exprimant sur le sujet, Radek Čech, qui gère le département stratégie à la SŽDC, a rappelé que la ligne Prague – Ostrava était sujette à un problème de capacité. Avec trois sociétés qui se font concurrence sur l’un des tracés les plus empruntés du pays, la ligne est quasiment saturée. C’est particulièrement le cas aux heures de pointe, entre 6 et 9 heures du matin et l’après-midi, de 14 à 17 heures.

D’après M. Čech, voilà qui justifierait de songer à la construction d’une ligne à grande vitesse, qui permettrait de désencombrer la ligne existante. Seulement, comme nous le notions le mois dernier (cf. http://www.radio.cz/fr/rubrique/economie/le-train-a-grande-vitesse-en-republique-tcheque-ce-nest-pas-pour-demain), les projets de ce type sont actuellement au point mort. La SŽDC a récemment annulé une étude de faisabilité sur le sujet. Aussi, lors d’une rencontre entre des représentants de l’administration et le premier ministre Bohuslav Sobotka, il a été estimé que participer au projet de ligne à grande vitesse entre Berlin et Dresde, en poussant jusqu’à la capitale tchèque, était pour l’heure irréaliste.

D’autres tracés sont pourtant également envisagés, notamment entre Prague et Brno, une ligne qui se poursuivrait vers Vienne, Bratislava et Budapest. Début juin, le premier ministre affirmait que l’année 2025 était un horizon plausible pour le début des travaux d’un tronçon reliant Prague à Litoměrice, au nord de la Bohême.