Trois alpinistes tchèques coincés sur le Mont-Blanc sauvés par un gendarme de l'ambassade de France à Prague

Mont-Blanc, photo: Zoharby, Creative Commons 3.0

Samedi dernier, le gendarme Nicolas Lasbleiz était de service au Palais Buquoy, le siège de l'ambassade de France à Prague. Au moment où il a reçu l'appel d'une Tchèque qui tentait de lui expliquer quelque chose en anglais, il ne se doutait pas encore qu'il allait contribuer à sauver trois Tchèques en difficulté à 4200 mètres d'altitude dans le massif du Mont-Blanc.

Mont-Blanc, photo: Zoharby, Creative Commons 3.0
« J'ai reçu un appel de cette dame qui me signalait que trois de ses amis tchèques était en perdition sur le Mont-Blanc. Elle m'a dit qu'ils n'avaient pas moyen d'appeler les secours, surtout à cause du barrage de la langue : ils ne pouvaient pas se faire comprendre. »

Quelle a été votre réaction ?

« J'ai demandé le numéro de téléphone d'un des alpinistes pour vérifier l'information et éviter toute mauvaise plaisanterie... »

Vous parlez tchèque ?

« Avec mes bases de tchèque, j'ai pu m'entretenir avec lui, ce qui m'a permis de les localiser et de recueillir tout renseignement utile pour un sauvetage. »

Comment les avez-vous localisés ?

Vallot
« Ils m'ont dit qu'ils n'étaient pas loin d'un abri, dénommé 'Vallot', et à l'aide d'internet j'ai recherché une carte du Mont-Blanc pour les localiser avec plus de précisions. Parallèlement, j'ai appelé le peloton de gendarmerie de haute-montagne de Chamonix pour déclencher les secours. Les trois hommes ont été dirigés vers l'abri 'Vallot' et ont été secourus le dimanche matin, parce que la météo était défavorable donc l'hélicoptère n'a pas pu les secourir immédiatement... J'ai également contacté une collègue tchèque du Consulat de France à Prague. Elle a pu prendre tous les renseignements utiles - en tchèque - pour le sauvetage en cours. »

Qu'est-ce qui leur était arrivé à ces trois alpinistes ?

« Je ne sais pas exactement ; l'un d'entre eux a dû chuter parce qu'il avait une blessure au genou, et des gelures aux mains. Il sera encore soigné une dizaine de jours à Chamonix. Les deux autres sont déjà rentrés à Prague. Leur amie qui m'avait appelé samedi m'a déjà contacté pour me remercier. »