Un jumelage pas comme les autres

Ludres
0:00
/
0:00

Le jumelage qui lie depuis douze ans Ludres, située près de Nancy, et Domazlice, ville située en Bohême occidentale, est l'un des nombreux partenariats qui existent entre différentes communes, villes ou régions tchèques et françaises. Pour en savoir plus sur ce cas précis, j'ai rencontré le maire de Ludres, M. Charles Choné.

Domazlice, photo: CzechTourism
«Je crois que c'était un événement qu'il ne fallait pas manquer après la chute du rideau de fer et qu'il était important d'encourager les tissus et de renouer des liens avec la Tchéquie. Il y avait depuis toujours des liens forts entre nos deux pays. Il était donc important qu'ils puissent se renforcer, d'où l'idée de ce jumelage. Je dois dire que nous avons été aidés dans cette démarche, aussi, par le maire de Furth im Wald qui avait des relations déjà assez étroites avec des Tchèques. D'ailleurs, nous avons déjà été ensemble à Prague, en passant par Domazlice, en juillet 1989, donc avant la chute du rideau de fer. Et c'est vrai que nous avons pu voir le contraste entre ce qui existait en 1989 et ce qu'on connaît aujourd'hui ».

Et comment ce jumelage se traduit-il dans la vie pratique ? Viviane est une jeune femme qui habite Ludres...

« Pour nous, cela veut dire que dans le cadre de ce jumelage, on a reçu des gens de Domazlice avec qui nous sommes devenus amis, et en ce qui concerne notre famille, on va en République tchèque très régulièrement et on reçoit nos amis tchèques aussi très régulièrement, au moins deux ou trois fois par an. On a visité une bonne partie de la Tchéquie, je connais bien Prague, j'ai visité Cesky Krumlov et beaucoup d'autres villes. Nous avons des liens d'amitié très intimes avec nos amis tchèques, puisque nous avons été invités à un mariage, cet été. Et comme on les connaît depuis douze ans, on connaît aussi une bonne partie de leurs familles, leurs amis et ils nous présentent à beaucoup de gens, quand on va là-bas ».

Frank Waegelen est le président du Comité de jumelage Ludres - Domazlice. Cette activité lui a permis de faire plus d'une découverte intéressante.

« Nous avons reçu dans le cadre de Nancy 2000 une classe du lycée de Domazlice et on a tous été frappés par des jeunes qui avaient un, deux ou au maximum trois ans de français et par leur niveau de français et la qualité grammaticale quand ils parlaient français. C'était assez étonnant et on se rend compte que les jeunes, les gens chez vous parlent assez facilement français... En outre, Domazlice est une très jolie ville et la bière y est très bonne. On va donc peut-être approfondir les cours de « biérologie », parce que c'est une expression que l'on trouve maintenant. Ce sont des gens qui sont extrêmement accueillants. Il y avait une petite crainte liée à la barrière de la langue. Mais je vous dirai une anecdote. On a eu un membre du conseil municipal qui ne parle ni anglais, ni allemand, seulement le français et qui a été mis dans une famille lors de notre dernier déplacement là-bas où personne ne parlait autre chose que le tchèque. Le lendemain matin, chacun savait exactement combien on avait d'enfants, quelle était leur profession, quel était leur âge, alors que personne ne parlait la langue... C'est ce qui extraordinaire et qui montre que c'est important et que ça marche ».