Un mot un seul…

Slované
0:00
/
0:00

Presque curieusement, depuis dix ans maintenant qu’existe cette rubrique, après avoir décortiqué des dizaines et des dizaines de mots appartenant à la langue tchèque, il y a un mot sur lequel nous ne nous sommes jamais attardés : le mot « mot » - « slovo ». Nous allons donc réparer cet oubli, et tant mieux, car ce ne sont pas les belles expressions qui manquent…

Presque curieusement, depuis dix ans maintenant qu’existe cette rubrique, après avoir décortiqué des dizaines et des dizaines de mots appartenant à la langue tchèque, il y a un mot sur lequel nous ne nous sommes jamais attardés : le mot « mot » - « slovo ». Nous allons donc réparer cet oubli, et tant mieux, car ce ne sont pas les belles expressions qui manquent…

Slované
Il y a quelques années de cela, nous avions consacré une rubrique au mot « Slaves » -« Slované », plus précisément aux membres du peuple d’Europe centrale et orientale parlant une langue de la même famille, en l’occurrence une langue slave, comme le tchèque par exemple. A l’époque, cette rubrique, nous l’avions intitulée, de façon très imagée, « Les Slaves, glorieux esclaves sachant parler ». Ce titre provenait de l’étymologie incertaine de ce nom de « Slave ». Pour résumer, nous avions alors expliqué qu’il existait trois hypothèses relatives à cette origine.

Contentons-nous pour cette fois de ne rappeler que l’une d’entre-elles, la plus probable des trois, selon laquelle le mot « Slave » -« Slovan », tirerait son origine du vieux slave « slovo », qui signifie « mot » ou « parole ». Les Slaves, à l’origine, se seraient donc définis entre eux comme « ceux qui savent parler », ou peut-être plutôt comme ceux dont le langage est compréhensible. Cette théorie s’appuie notamment sur le fait que, dans les langues slaves, le terme désignant un Allemand est dérivé d’un adjectif signifiant littéralement « non-parlant » ou « muet ». Ainsi, en tchèque, il s’agit de l’adjectif « němý », et logiquement, les Allemands sont donc appelés « Němci ». En un sens, l’Allemagne – Německo, est donc le pays de ceux que les Slaves autrefois ne comprenaient pas. Tout cela nous amène donc à ce mot « slovo » que l’on retrouve non seulement en tchèque mais aussi dans d’autres langues slaves.

Laura a její tygři
« Bezcenná slova, říkáš zas a znova. Dívám se ti do očí, poslouchám tón tvých řečí, abych pochopila, abych ti uvěřila » - « Des mots sans valeur, tu en dis et en redis. Je te regarde dans les yeux, j’écoute le ton de tes paroles pour comprendre, pour te croire ». Ces paroles, ou texte si vous préférez, que l’on appelle également« slova » en tchèque, sont tirées de la chanson du groupe Laura a její tygři intitulée « Bezcenná slova », littéralement « Mots sans valeur ». Il est ici intéressant de noter la présence du mot « řeč », qui est presque un synonyme du mot « slovo » puisque, comme ce dernier, il peut également signifier « parole », avec cependant quelques nuances, notamment celle du sens de « faculté de parler » que n’a pas « slovo ».

Mais « řeč », proche du verbe « říct » - « dire », désigne encore la langue, le langage ou encore un discours que l’on prononce. Le titre de la chanson « Bezcenná slova » - « Mots sans valeur », nous fait bien entendu également penser à l’expression « mots ou paroles en l’air », c’est-à-dire des mots prononcés sans sérieux, à la légère, dénués de fondement ou non suivis d’actes. En tchèque, on parlera alors plutôt de« prazdná slova » ou de « prazdné řeči », à savoir de « mots ou de paroles vides, creuses, stériles ». En d’autres termes, « il y a loin de la coupe aux lèvres » comme on entend parfois en français lorsque la conception d’un idéal est loin de sa réalisation, une expression qui n’existe pas en tchèque mais que l’on peut néanmoins rapprocher par exemple de « je daleko od slov k činům », soit « il y a loin des paroles aux actes ».

Horká kaše, photo: Barbora Kmentová
Même si l’on y retrouve l’adverbe« daleko » - « loin », il ne faut pas confondre avec une autre expression tchèque selon laquelle, traduit littéralement, quelqu’un « ne va pas loin pour un mot » - « nejde pro slovo daleko ». Cela signifie parler de façon très franche, voire s’exprimer crûment, en tous les cas dire ce que l’on pense d’un seul coup, bref l’équivalent en français de « ne pas mâcher ses mots », dire ce que l’on a sur le cœur sans faire de détours. Et tiens, tiens… cette idée de détours nous renvoie à une autre très belle expression de la langue tchèque, qui est d’ailleurs tout le contraire de la précédente : « chodit kolem něčeho jako kočka kolem horké kaše », littéralement « marcher autour de quelque chose comme un chat autour de bouillie chaude ». Vous l’aurez compris, et il suffit pour cela de s’imaginer un chat tournant autour de son plat de bouillie par crainte de se brûler ou de salir ses moustaches, il s’agit là de quelqu’un qui hésite à dire les choses comme elles sont vraiment. Si c’était un « chat français », on dirait de lui qu’il « tourne autour du pot ». Et attention, même si la tentation est grande, il ne s’agit nullement d’un pot de « bouillie pour les chats », autre expression française qui désigne, elle, un récit, un texte, bref des mots – « slova », confus, incompréhensibles, inutiles, sans intérêt, sans valeur, bref, en résumé, « en un mot » - « jedním slovem », on en revient au titre de notre chanson ou plutôt de Laura et de ses tigres « Bezcenná slova »

Jíst vtipnou kaši
La boucle est ainsi bouclée, enfin pas tout à fait puisque nous reviendrons encore sur quelques-unes des expressions particulières de la langue tchèque dans lesquelles figure ou se rapportant au mot « slovo ». Et pour cela, et puisque nous avons également évoqué le mot « kaše », qui signifie « bouillie » ou « purée », nous nous efforcerons préalablement, comme le disent aussi les Tchèques, de « manger un peu de bouillie amusante » (ou spirituelle, c’est au choix) – « jíst vtipnou kaši ». D’ici-là, portez-vous du mieux possible - mějte se co nejlíp !, portez le soleil en vous - slunce v duši, salut et à bientôt - zatím ahoj !


Rediffusion du 01/08/2013