Un train pour commémorer le sauvetage des « enfants Winton »

Photo: CTK

Le 1er septembre 2009, un train historique quittera la gare centrale de Prague pour rejoindre Londres. Ce projet, baptisé Winton Train, a été présenté et lancé lundi dernier.

Lundi dernier, soit le jour anniversaire de la naissance de Sir Nicholas Winton qui fête cette année ses 99 ans. Nicholas Winton, c’est un homme qui, en 1939, a senti l’imminence du danger nazi : au lieu de se rendre en Suisse comme prévu, sa destination aura été la Tchécoslovaquie d’où il a organisé plusieurs convois vers la Grande-Bretagne, sauvant ainsi d’une mort certaine 669 enfants, juifs pour la plupart. Ceux-ci ont ensuite été recueillis par des familles d’accueil britanniques et ont ainsi évité d’être envoyés dans les camps de concentration.

C’est pour commémorer cet acte unique qu’a été monté le projet Winton Train par la compagnie tchèque des chemins de fer. Olga Dobrowská est chargée de la conception générale du projet :

« Le train va refaire tout le trajet qu’ont pris les trains de Nicholas Winton. Il va transporter des descendants des enfants sauvés par Winton, leurs familles, mais aussi des étudiants qui vont tourner des documentaires sur le thème d’actes pour le bien. Le train va rapporter les fruits symboliques de l’acte de Winton à Londres, où se déroulera le festival des films étudiants Wintonfest. »

Photo: CTK
Pour Miloň Terč, directeur de l’Académie de cinéma Miroslav Ondříček de Písek, ce projet sur lequel travaillent déjà ses étudiants est une occasion unique pour eux :

« Je trouve cela très bien qu’ils puissent prendre part à ce qui est une mission en quelque sorte. Ce sont eux qui vont faire le lien entre le message de Sir Winton et les nouvelles générations. Et ils sont en même temps des participants actifs au processus de création. »

Tout le projet repose aussi sur une tentative de rendre le voyage en train le plus authentique possible. La locomotive doit être à vapeur et les wagons d’époque si possible... Ce qui ne va pas sans difficultés, comme l’explique Radek Panchartek, ingénieur à la compagnie tchèque des chemins de fer :

Photo: CTK
« Nous avons dû faire appel à des machines venues de l’étranger, parce qu’il n’y a plus en République tchèque de machines de 1939 : en fait, elles existent mais elles ne sont plus en état. Pour ce qui est du train, nous allons utiliser des wagons qui viennent de Hongrie, des 1ère et 2e classes, et même une 3e classe où il y a des bancs en bois, afin que les gens puissent voir comment on voyageait à l’époque. Ensuite, il y aura une locomotive à vapeur tchèque, relayée par une locomotive slovaque de 1936. »

Pour chaque pays traversé jusqu’à Londres, wagons et locomotives d’époque seront toutefois changés en fonction des normes locales. Mais pour les organisateurs, c’est l’effet historique qui compte avant tout.

En 2009, Sir Nicholas Winton fêtera son centenaire, une longévité qui lui permettra certainement de venir en personne faire quelques kilomètres de trajet dans ce train.