Une nouvelle campagne pour recruter des policiers

Photo: CTK

La pénurie de policiers en République tchèque qui a commencé il y a un an, continue de s’aggraver. Pour y pallier, le ministre de l’Intérieur fait appel à de nouveaux intéressés.

Photo: CTK
Une nouvelle campagne de recrutement lancée par le ministre de l’Intérieur, Ivan Langer, débute le vendredi, 1er février. Surnommé ministre de la publicité, Ivan Langer a investi, depuis son arrivée en fonction, 49 millions de couronnes dans des campagnes similaires : ainsi, en 2007, il a cherché des renforts pour la police urbaine. La deuxième plus forte vague de recrutement, d’un coût de 22 millions de couronnes, cherche à son tour des femmes et des hommes prêts à aider et à protéger :

« Nous cherchons des femmes et des hommes qui ont toujours aidé et protégé autrui : nous offrons un travail utile et nous garantirons l’évolution de leur carrière professionnelle… »

Le ministre de l’Intérieur, Ivan Langer, photo: CTK
Voilà le spot de publicité qu’on pourra entendre dans les médias et sur une ligne téléphonique spécialement créée à cette fin. Le ministre Langer est convaincu du succès de la campagne:

« Je ne doute pas du succès de cette campagne puisqu’elle est basée sur les valeurs sur lesquelles repose le travail de policier…. »

Oldrich Martinu, photo: CTK
Si la nouvelle campagne est plus puissante que celle de l’année écoulée, c’est parce que le besoin de nouveaux policiers est plus élevé : au cours des 12 derniers mois, 5475 personnes ont quitté les rangs de la police alors que le nombre d’embauches est resté inférieur à 2500. Au début de 2008, la police a donc manqué de 5000 policiers au total. Oldrich Martinu, directeur de la police :

« La pénurie se manifeste dans tous les services de la police : elle est la plus urgente dans les forces de l’ordre, dans la police des chemins de fer, la police d’immigration et la police de la route. »

Les raisons de cette pénurie sont connues : l’entrée en vigueur, en janvier 2007, de la nouvelle loi sur les services et le système de rémunération qui a eu pour conséquence une baisse des salaires et les départs massifs de policiers. Pour que la nouvelle campagne de recrutement ait réellement du succès, il faudrait que quelques 7000 adeptes répondent à l’appel. Car seuls près de 65% des intéressés par le travail à la police peuvent satisfaire à l’exigence des tests d’admission. La campagne qui débute le 1er février, durera jusqu’au mois de juin prochain.