Une nouvelle initiative des victimes de l'arbitraire nazi

r_2100x1400_radio_praha.png

Lors du congrès de l'Initiative de Terezin, tenu à Prague, les délégués ont évoqué une fois de plus le dédommagement des déportés de travail, au cours de la Seconde Guerre mondiale. Vaclav Richter.

L'Initiative de Terezin a été fondée en 1990 en tant qu'association internationale d'anciens déportés du ghetto du camp de Terezin et du ghetto de Lodz. Actuellement l'Initiative compte près de 1100 membres dont 730 en République tchèque. Les membres de l'Initiative envisagent d'adresser une pétition aux négociateurs qui se pencheront sur le dédommagement, le 4 avril prochain à Berlin. "C'est nous qui devons être dédommagés et non pas nos héritiers," a déclaré lors du congrès l'ancien président de l'Initiative de Terezin, Oldrich Stransky, et sa déclaration a suscité de vifs applaudissements. Selon Oldrich Stransky, on ne peut pas forcer les personnes concernées à ne pas porter plainte contre les entreprises allemandes ayant employé des prisonniers et des déportés du travail. C'est pourtant une des conditions figurant dans les accords sur le dédommagement. "Si l'Allemagne fait preuve de sa bonne volonté de procéder au dédommagement, a déclaré Oldrich Stransky, je suis convaincu que même les tribunaux américains se montreront indulgents et retireront leurs plaintes." Le camps de Terezin est évoqué ces derniers jours aussi par le Concours de piano Gustav Mahler qui a commencé dans la ville de Jihlava en Moravie du sud. L'objectif du concours est d'attirer l'attention des pianistes sur les oeuvres des compositeurs juifs ayant été internés à Terezin dont Viktor Ullmann, Gideon Klein, Pavel Haas et Erwin Schulhof. Ces compositeurs n'ont pas été proscrits que par les nazis, le régime communiste allait condamner, lui aussi, leurs oeuvres et interdire pratiquement leur présentation. 15 pianistes des Etats-Unis, de Grande-Bretagne, d'Espagne, d'Allemagne et de République tchèque prennent part à cette manifestation. Un jury international décernera trois prix - le prix d'interprétation d'une oeuvre d'auteur juif, le prix d'interprétation d'une composition d'auteur tchèque et le prix Gustav Mahler décerné pour la meilleure improvisation sur un thème tiré d'une symphonie de ce compositeur qui avait passé a Jihlava les premières 15 années de sa vie.