Violence dans les stades : les hooligans doivent désormais se tenir àcarreau

Photo: CTK

Depuis dimanche, le nouvel amendement aux articles du code pénal relatifs à la violence dans les stades est entré en vigueur en République tchèque. Un texte qui permet désormais à la police et à la justice de lutter plus efficacement notamment contre le hooliganisme et les manifestations de racisme. Et dès lundi, le traditionnel derby pragois entre le Slavia et le Sparta, les deux clubs rivaux de la capitale, a été l'occasion d'appliquer cette législation renforcée. Un match à risques auquel nous avons assisté dans les tribunes du stade de Strahov.

Photo: CTK
Affaire de prestige, un derby, match mettant aux prises deux clubs proches géographiquement, se dispute généralement autant dans les tribunes que sur le terrain. Pour des raisons historiques, culturelles, sociales voire religieuses, l'engouement que suscitent ces rencontres dépasse souvent le cadre du sport. Un engouement et une rivalité qui sont parfois la source de débordements et de violence, comme cela fut encore une fois le cas à Prague.

Pour une frange des 2 à 3000 supporters du Sparta parqués dans la tribune située derrière l'un des deux buts, le court « déplacement » annuel chez le voisin du Slavia est ainsi l'occasion de laisser libre cours à leurs comportements violents. Une demi-heure après le coup de sifflet final de la rencontre, les trous de béton qui apparaissent au milieu des rangées vides de sièges rouges sont d'ailleurs le témoin du passage de ces vandales. Des sièges que les hooligans ont arrachés tout au long du match pour s'en servir comme projectiles lancés en direction des forces de l'ordre regroupées sur la piste d'athlétisme qui sépare le terrain des tribunes. Des agissements qui, depuis plusieurs saisons, sont devenus monnaie courante non seulement lors du derby, mais également lors d'autres rencontres du championnat de football.

Photo: CTK
Seulement voilà, les fauteurs de troubles lors de manifestations sportives, que ce soit à l'intérieur ou à l'extérieur de l'enceinte, risquent désormais différentes sanctions pénales pouvant aller de l'amende jusqu'à la prison en passant par une peine de travaux d'intérêt général ou une interdiction de stade. Lundi soir, la police a ainsi appréhendé sept d'entre eux, tous partisans du Sparta. Point positif, cependant, la prestation du Français Ludovic Sylvestre, seul joueur de couleur sur la pelouse, n'a pas été accompagnée de cris de singe. Il y a encore quelques années de cela, le défenseur camerounais du Sparta, Patrice Abanda, en avait été la victime, insulté par ses propres supporters. Un premier progrès donc, tandis que les dirigeants de l'Union tchèque de football espèrent qu'à terme, les grillages disparaîtront des stades du pays, comme cela est le cas aux Pays-Bas, en Allemagne ou encore en Angleterre, pourtant berceau du hooliganisme en Europe.