Vladimir Remek

r_2100x1400_radio_praha.png

Vladimir Remek est le premier cosmonaute issu d'un autre pays que celui des grandes puissances spatiales. L'ex-Tchécoslovaquie est ainsi devenue le troisième pays du monde ayant envoyé son ressortissant dans le Cosmos, après par les Etats Unis et l'ex-U.R.S.S.

Vladimir Remek, né le 26 septembre 1948, a passé la majeure partie de son enfance dans la ville de Ceské Budejovice, située en Bohême du Sud. Le général-lieutenant Remek, père de Vladimir, était pilote militaire. Suite aux mutations fréquentes, la famille se déplaçait souvent dans beaucoup de pays. Les parents de V. Remek finirent par se séparer. Le jeune Vladimir est resté avec sa mère et ses deux soeurs chez sa grand-mère. Après avoir passé le baccalauréat au lycée, il a commencé ses études au Centre d'enseignement aéronautique supérieur de Kosice. Une fois ses études terminées, V. Remek a rejoint l'unité aéronautique, appelée Zvolen. Au cours des années 1972-1976, il a étudié à l'Ecole militaire aéronautique de J. Gagarin à Monin, près de Moscou, puis il est revenu à l'unité Zvolen. En raison de son excellente moyenne d'études, le jeune pilote a été choisi en tant que candidat principal pour la formation des cosmonautes dans le cadre du projet Interkosmos. Il s'agissait d'un projet commun des pays socialistes, adopté en avril 1967. La Tchécoslovaquie a participé au développement du projet dans le domaine de la météorologie spatiale, la physique, la biologie, la médecine, la liaison et la communication spatiale. Un des volets du projet comprenait le vol du vaisseau spatial - Sojuz 28. Plusieurs expériences techniques et scientifiques ont été élaborées par les scientifiques tchécoslovaques à cet effet. A titre d'illustration, il s'agissait de la comparaison de la sensation subjective de chaleur avec la calorimétrie objective à la surface du corps, l'observation de la multiplication végétative des algues dans les conditions du vol spatial ou l'oxymètre tissulaire mesurant l'oxydation de tissus des cosmonautes.

Le vaisseau spatial Sojuz 28 a décollé le 2 mars 1978 à 16 heures 28 minutes, heure d'Europe centrale. Le commandant Alexej Alexandrovitch Gubarev, astronaute de l'U.R.S.S. et le capitaine Vladimir Remek, cosmonaute-chercheur, formaient l'équipage. V. Remek a passé une semaine, soit 190 heures 16 minutes, dans l'Espace, à la station orbitale de recherche scientifique Saljut 6. V. Remek a depuis toujours rêvé d'être pilote. Son désir était de piloter non seulement un avion, mais également un vaisseau spatial. Son voeu secret d'enfance a ainsi été exaucé! Le cosmonaute tchécoslovaque a été élevé au grade de colonel sept ans après le décollage de Sojuz 28.

Une année après la Révolution de velours de 1989, V. Remek commence à travailler au musée d'Aviation militaire et d'Asronautique à Prague-Kbely en fonction de directeur. Le poste d'administrateur des collections aéronautiques lui est promise. Pourtant, en 1995 le poste promis lui est refusé. Ce fut, sans aucun doute, une grande déception pour le cosmonaute mondialement reconnu. V. Remek assume le coup inattendu du destin et donne volontairement sa démission à l'armée. Il quitte sa profession avec une amertune concevable.

V. Remek a certes décollé pour le Cosmos sous le régime totalitaire. Il restera tout de même le premier cosmonaute qui ait entamé une nouvelle étape de recherches cosmiques. Le vol de Sojuz 28 a été suivi d'une série de vols spatiaux à équipages internationaux de France, Pologne, Roumanie, Inde, Bulgarie, Allemagne de l'Est, Cuba et autres.