Žižkov, le Montmartre de Prague

Žižkov
0:00
/
0:00

Salut à tous les tchécophiles de Radio Prague – Ahoj vám všem, milovníkům češtiny Radia Praha ! Nous allons poursuivre notre série consacrée aux noms et désignations de quelques-uns des quartiers de Prague. Dans les émissions précédentes, nous avions ainsi fait la présentation de Vinohrady – le quartier des vignobles, de la Vieille Ville – Staré město, du quartier juif de Josefov, puis enfin du « petit côté » de Malá strana, de la Nouvelle Ville – Nové Město, et du quartier du château – Hradčany. Autant de quartiers, anciennement communes indépendantes, qui, exception faite de Vinohrady, formaient ce que l’on appelait autrefois « la Grande Prague » - Velká Praha, et constituent aujourd’hui le cœur historique de la capitale tchèque. Pour cette fois, nous allons tout d’abord nous intéresser à un quartier nettement moins touristique et un peu plus populaire – Žižkov, parfois aussi désigné comme le Montmartre ou encore le Bronx de Prague.

Žižkov
Moins touristique, plus populaire, et pour autant pas tellement éloigné du centre-ville : le quartier de Žižkov est en effet frontalier à la Nouvelle Ville et à Vinohrady. De Vinohrady, Žižkov, qui ne s’appelait d’ailleurs pas ainsi au moment de sa création en 1875, a d’ailleurs longtemps fait partie.

Au début, en 1875 donc, il s’agissait de l’une des deux parties de Královské Vinohrady, ou, si vous préférez, de Vinohrady royal ou, traduit librement en français, du « quartier des vignobles royaux ». En effet, le territoire de l’actuel Žižkov appartenait alors à la commune de Královské Vinohrady. Celle-ci fut donc divisée en deux parties en 1875. Deux ans plus tard, cependant, la première partie de la commune fut rebaptisée et adopta alors le nom de Žižkov. Mais ce n’est que quatre ans encore plus tard, en 1881, que Žižkov obtient le statut de ville, de commune indépendante. A partir de ce moment-là, son histoire ne possède donc plus rien en commun avec la commune de Královské Vinohrady, qui allait, elle, bien plus tard devenir le quartier de Vinohrady.

Avant de nous pencher sur le caractère si particulier de ce quartier, nous allons d’abord nous intéresser à son nom. Et pour bien comprendre, il faut, comme souvent, remonter le courant de l’histoire, et ce jusqu’en 1420.

Le 14 juillet de cette année, les Hussites, partisans du mouvement religieux inspiré par les doctrines du réformateur tchèque Jan Hus, remportent en effet une bataille contre une armée mise sur pied par la Cour de Rome et le roi de Bohême en croisade pour l’éradication des hérétiques. Cette bataille, les Hussites, considérés comme hérétiques, la remportent sur le mont dit Vítkov, en réalité une colline située à proximité du centre de Prague et dans l’actuel quartier de Žižkov. On parle donc de la Bataille de Vítkov pour désigner ce fait historique et la débâcle de la croisade soutenue par le pape.

La Bataille de Vítkov
Mais ce qui nous intéresse le plus est de savoir que ces combattants étaient dirigés par Jan Žižka, aussi parfois appelé Jean le Borgne en français, le plus grand chef des armées hussites. Et c’est la raison pour laquelle cette colline de Vítkov sur laquelle s’est déroulée la bataille prit le nom de Žižkov, en référence à Jan Žižka. Notons cependant que, un peu curieusement, les Pragois parlent aujourd’hui encore de la colline, surmontée d’une immense statue représentant Jan Žižka sur son cheval, aussi bien comme de la colline de Vítkov que comme de la colline de Žižkov. Comme quoi, le temps n’efface pas tout…

Et puis, vous l’aurez deviné, c’est cette même colline qui, bien des siècles plus tard, donna son nom à l’ensemble de la commune de Žižkov lorsque celle-ci cessa de s’appeler Královské Vinohrady et fut rebaptisée en 1877.

En 1922, Žižkov abandonna son statut de commune et fut intégré à la « Grande Prague » que nous avons déjà évoquée à plusieurs reprises. Et depuis 1960, l’essentiel du quartier appartient au 3e arrondissement de la capitale, seule une petite partie étant rattachée au 10e arrondissement.

Žižkov
Žižkov est un quartier composé essentiellement d’immeubles de relativement petite taille datant du tournant des XIXe et XXe siècles et destinés à une population essentiellement ouvrière. Ce qui explique qu’on parlait autrefois de « Žižkov le rouge », nombre de ses habitants étant membres du Parti communiste. Longtemps, Žižkov, à la réputation légèrement sulfureuse surtout le soir venu, d’où son surnom de Bronx, est aussi resté un quartier bohème rempli de bars et de cafés, occupé par des artistes en tous genres, une ville dans la ville en quelque sorte vivant sa propre vie. Aujourd’hui, même si ses habitants d’origine s’en défendent, Žižkov est devenu un quartier de caractère nettement plus bourgeois, même si son niveau de vie reste inférieur à celui des quartiers du centre-ville, et aussi dans lequel on ne risque franchement pas grand-chose en s’y aventurant la nuit, sauf à en repartir en ayant bu quelques verres de trop… Enfin, son profil légèrement vallonné fait que la majorité de ses rues sont étroites et souvent en pente, ce qui ajouté à toutes ses autres caractéristiques vaut à Žižkov son surnom de « Montmartre de Prague ».

C’est sur cette découverte et avec ce quartier de Žižkov qui reste passionnant à vivre, surtout la nuit, que s’achève ce Tchèque du bout de la langue. Dès la semaine prochaine nous vous emmènerons dans d’autres quartiers de Prague. D’ici-là, portez-vous du mieux possible - mějte se co nejlíp !, portez le soleil en vous - slunce v duši, salut et à bientôt - zatím ahoj !